Coton : l'Afrique demande aux pays riches d'honorer leurs engagements

Publié le par WALDAR

Xinhua-Les ministres du Commerce de six pays producteurs de coton de l'Afrique ont appelé mardi à un fair  play dans le commerce international de coton et demandé aux pays  riches d'honorer leurs engagements sur l'aide promise au secteur  africain de coton. 

     Lors d'une réunion organisée à Genève par la Conférence des  Nations Unies pour le commerce et le développement (CNUCED), les  ministres du Bénin, du Mali, du Tchad, trois membres du C4 (les  quatre principaux pays africains producteurs de coton, qui  regroupe encore le Burkina Faso), ainsi que de la Côte d'Ivoire,  du Sénégal et du Zimbabwe, ont exprimé leur mécontentement face à  l'impasse dans les négociations sur le coton à l'Organisation  mondiale du commerce (OMC), selon un communiqué de la CNUCED.  

     Les ministres ont aussi indiqué que l'aide promise pour  compenser les subventions des pays riches tarde à venir. 

     Entre 40% à 60% des revenus d'exportations des quatre  principaux pays africains producteurs de coton dépendent du coton, rappelle la CNUCED dans le communiqué.  

     Les ministres africains se sont inquiétés des répercussions de la crise financière mondiale et ont exprimé leurs craintes que les fonds nécessaires pour les projets de développement en Afrique se  tarissent.  

     Alors que les négociations sur le dossier du coton n'ont pas  progressé depuis 2003 à l'OMC, les pays riches ont promis de  compenser le maintien de leurs subventions à leurs propres  producteurs par une aide financière. 

     Les promesses atteignent jusqu'ici 551 millions de dollars,  selon le secrétariat de l'OMC, mais les versements effectués n'ont pas dépassé les 109 millions de dollars. 

     Le directeur général de l'OMC, Pascal Lamy, qui a également  participé à la réunion organisée par la CNUCED, a promis que le  dossier du coton serait placé en haut des priorités lors de la  prochaine conférence mini-ministérielle prévue à la mi-décembre. 

     "J'espère que nous pourrons nous rencontrer à Genève dans  environ deux semaines et que nous pourrons parvenir à des  résultats concrets sur ce dossier", a dit M. Lamy, cité par le  communiqué de la CNUCED.

Commenter cet article