La situation humanitaire au Tchad et en Centrafrique demeure critique

Publié le par WALDAR

NEW YORK (Nations Unies), (Xinhua) -- Dans un  exposé fait vendredi au Conseil de sécurité, Victor da Silva  Angelo, représentant spécial du secrétaire général de l'ONU et  chef de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine  et au Tchad (MINURCAT), a brossé un tableau plutôt positif et  encourageant sur le plan de la sécurité, sans cacher que la  situation humanitaire demeurait critique, indique un communiqué de l'ONU.  

     M. da Silva Angelo a averti que l'effectif de 4.900 hommes  autorisé par le Tchad dans l'est du pays était un "minimum" pour  que la MINURCAT puisse accomplir son mandat.  

     Il a fait état des efforts actifs pour faire en sorte qu'il n'y ait pas de vide sécuritaire au terme du mandat de l'EUFOR à la mi- mars 2009, en précisant que 16 pays s'étaient déclarés prêts à  participer à la MINURCAT.  

     La situation au Tchad demeure fragile, a constaté M. da Silva  Angelo, précisant que le processus politique entamé par l'Accord  de Syrte de 2007 entre le gouvernement et la rébellion marquait le pas.  

     Si l'EUFOR et la MINURCAT peuvent beaucoup pour stabiliser la  situation, la stabilité du Tchad dépendait, au bout du compte, de  l'engagement politique en faveur de la démocratie du Gouvernement  et de l'opposition, a-t-il rappelé. 

     Le représentant du Tchad a convenu qu'aucune force militaire ne pourrait assurer durablement la paix civile si le contexte  politique à l'origine de l'insécurité ne changeait pas.  

     Toutefois, a-t-il estimé, le règlement de la crise du Darfour  sera la solution politique fondamentale à la situation dans l'est  du Tchad.  

     Le représentant de la République centrafricaine, a pour sa part, expliqué que son pays était en train de renaître après 20 ans de  chaos. Selon lui, l'Etat centrafricain est encore trop fragile  pour ré pondre à toutes ses obligations régaliennes et c'est la  raison pour laquelle il a besoin de l'assistance de la communauté.

Commenter cet article