« Je suis rentré pour marquer Déby à la culotte »

Publié le par WALDAR

Retour de l’opposant fédéraliste Ngarlejy Yorongar


cefod: « Yoro rentre en héros ». C’est le titre choisi par l’hebdomadaire L’Observateur pour annoncer le retour, ce 8 décembre 2008, du coordonnateur de la Fédération action pour la République (FAR). « Après neuf mois d’exil en France, (…) l’opposant fédéraliste Ngarlejy Yorongar est accueilli par une foule en liesse composée des militants de son parti venus des quatre coins du Tchad. C’est dans un vacarme assourdissant de klaxons et de trompettes qu’un long cortège l’a conduit à son domicile au quartier Moursal », rapporte l’hebdomadaire. Il poursuit que « ce retour du leader du FAR a coïncidé avec celui du Premier ministre et de sa délégation rentrant de Tripoli. Mais pour les journalistes essentiellement du privé venus nombreux ce soir à l’aéroport Hassan Djamous, l’événement c’est avant tout le retour de Yoro. Les médias publics ont boycotté l’événement à l’exception du Directeur de l’Office national de la radio et télévision (ONRTV) venu pour le compte de l’AFP ».

Le Temps, quant à lui, met en une la photo du leader fédéraliste en compagnie de la parlementaire européenne Alima Boumedienne Thiery et le cite : « Je suis rentré pour marquer Déby à la culotte ». Il poursuit, en titrant à l’intérieur que « Yoro, la bête noire de Déby est de retour ». Décrivant l’ambiance qui a prévalu à l’aéroport international Hassan Djamous lors des minutes qui ont précédé l’arrivée de l’opposant, notre confrère rapporte : « Hommes, femmes, jeunes, foulards rouges au cou, au bras ou encore à la main, scandent des Yoro, Yoro ». Ce qui semble plus attirer l’attention de notre confrère, c’est que dans la foule venue nombreuse l’accueillir, il n’ya « pas l’ombre d’un représentant du gouvernement ».

Pour le quotidien Le progrès, proche du gouvernement, « Yorongar accuse Lol d’être de connivence avec Déby », lors de la conférence de presse accordée à son domicile le lendemain de son retour. Pour qualifier l’opposant de bien volubile, notre confrère affirme que « les journalistes n’ont pas eu assez de bande magnétique pour enregistrer tous ses propos. ». Abordant le sujet de l’arrestation, de la détention et des autres sévices corporels subis par les trois leaders après les événements de février 2008, le quotidien relève : « concernant les propos du président du Rassemblement démocratique pour le Progrès (RDP) qui ne convergent pas avec les siens, sur une détention à un même endroit, Yorongar accuse Lol Mahamat Choua d’avoir eu un deal avec le président Déby Itno pour ne pas reconnaître en public les tortures dont il a été victime ». Quant à ses projets et des éventuelles garanties qu’il aurait eues pour ce retour au pays, Le Progrès rapporte le député fédéraliste : « Je n’ai nullement besoin de garantie pour rentrer au Tchad. Même les gens qui ont négocié et ont eu des garanties se retrouvent à deux mètres sous sol… Je reprends mes activités et me prépare pour battre M. Idriss Déby Itno aux prochaines élections. Je vais marquer IDI à la culotte. Qu’il tente de me voler prochainement ! Il m’a déjà volé une fois, il ne me volera pas une seconde fois, à moins que M. Desesquelles et les autres le soutiennent. Si les élections sont transparentes, IDI traversera le fleuve », conclut-il.

Commenter cet article