Tchad:Le goût de la reconquête du pouvoir perdu : une obsession maladive chez certains Opposants politiques

Publié le par Waldar

Tchad:Le goût de la reconquête  du pouvoir perdu : une obsession maladive  chez  certains Opposants politiques.

 

Plusieurs sites tchadiens ont fait écho ces derniers mois des subites agitations et regain d’activités pour le positionnement auprès du dictateur Déby de certains opposants politiques ayant  perdu le pouvoir ou qui souhaiteraient y accéder rapidement.

 

Les parades de griots se seraient transformées en une véritable compétition  entre les candidats au poste de futur Premier Ministre  du Tchad ou de Ministres. Les rivalités entre les concurrents sont très rudes et chacun essayent de donner le meilleur de lui en matière de courbettes et de meilleur chanteur griot à la gloire du tyran de N’Djaména.

 

Certains Opposants sudistes, anciens ministres ou hauts cadres administratifs rivaliseraient de coups tordus croisés. Ces derniers, qui, en vertu d’une loi non écrite, voudrait que le premier Ministre soit issu de la partie méridionale du pays  se voyaient déjà à la place de l’actuel titulaire, Mr.Youssouf Saleh Abba (YSA). Au cours de l’une de ces entrevues avec le tyran, l’un d’eux vanterait  ses propres qualités, mérites et expériences, son terroir du Sud qui jouerait un rôle important dans l’économie du Tchad. Il aurait excédé dans sa séance nauséabonde  de son auto mise en valeur  en mettant  l’accent sur l’incompétence  notoire de YSA, incapable selon lui de ramener au bercail ses frères égarés  ouaddaïens de l’UFCD. « Excellence Monsieur le Président, ensemble nous sauverons notre pays  et tout le monde y gagnera » tels seraient les propos tenus par cet Homme assoiffé du pouvoir, rapporté par un officiel proche du président et qui a requis l’anonymat.

 

Parmi ces assoiffés du pouvoir qui se seraient rendus récemment à N’Djaména pour rencontrer le squatteur du Palais rose, l’un d’eux remporterait la palme d’or en matière de dénigrement des autres Concurrents. Un membre du cercle clanique du Président aurait confié qu’un second  pèlerin du palais rose  proposerait au dictateur Déby la relance de la création d’une entreprise privée qui serait très lucrative. Selon cette même source, un terrain qui appartenait depuis plus d’une vingtaine d’années au domaine foncier de l’Etat et dûment enregistré par les services de cadastre, ferait l’objet d’un marchandage entre lui et le dictateur pour une éventuelle implantation de cette entreprise. Notre pays serait-il devenu la vache à lait des affairistes  prétendus « Hommes politiques et Opposants » qui sont éloignés des besoins du peuple ?

 

Le pouvoir et une bande des politiciens véreux et opposants  constituent une maffia  de pilleurs des domaines fonciers  publics. Ils s’octroient à tour de bras  des terrains, constituant ainsi des véritables domaines fonciers et biens immobiliers à travers le pays.

Le petit fonctionnaire ou le modeste petit commerçant sont incapables de s’acheter une parcelle de terrain tant les prix sont prohibitifs alors que le Tchad  possède une superficie équivalente à presque deux fois et demi à celle de la France. Cette inflation sciemment orchestrée par les rentiers du pouvoir, est une autre source de pillage, d’enrichissement illicite de ces derniers.

Malheureusement pour les dizaines de milliers de paisibles habitants de N’Djaména des quartiers populaires et historiques tel que  Gardolé, ont été rayés de la carte. En effet, le dictateur Déby, ses alliés et sbires  ont rasé les  modestes habitations de cette population du Tchad d’en bas, jetant dans les rues insalubres, dangereuses et dans la  nature autour de la capitale des milliers d’enfants, jeunes,  femmes et vieillards sans ressources. Leurs modestes habitations et terrains acquis à la sueur de leur honnête travail pendant des décennies, ont été expropriés sans compensations. Ces paisibles citoyens sont traités  comme des animaux. Cela est inadmissible. Où sont les prétendus défenseurs des droits de l’Homme en occident ? Pourquoi deviennent-ils aphones et aveugles  sur les crimes contre l’humanité commis par le dictateur Déby sur les populations civiles ?      

 

Pendant que le peuple tchadien meurt de faim, de maladies par absence de services  publics gratuits de santé, pendant que l’analphabétisme gagne du terrain par absence du système éducatif public gratuit, pendant que les fonctionnaires accusent plusieurs mois d’arriérés de salaires…,nous constatons avec dégoût et colère que des prétendus « politiciens et les indignes opposants »  vivant en occident n’ont qu’une seule vraie motivation : leurs propres intérêts mercantiles et la reconquête du pouvoir afin de s’intégrer ou de réintégrer le système de pillage auquel ils avaient déjà participé et contribué à  consolider. 

Ces « politiciens opposants » et nouveaux pèlerins du palais rose sont des alliés objectifs du dictateur Déby. Ils voudraient à l’instar de ce dernier se servir du pouvoir  politique comme tremplin afin de faire prospérer  leurs business.

 

Le Peuple martyr du Tchad  n’est pas aveugle comme le voudrait l’espérer certains prétendus opposants. Les manœuvres dilatoires de ces personnes qui utilisent son nom pour s’enrichir comme le tyran Déby  ou à d’autres fins, sont très bien perçues.

Les victimes de ce système criminel n’accepteraient jamais sa substitution par la meute de ses excroissances tapies dans l’ombre.

 

Le bras armé du Peuple incarné par les Forces de résistance nationale de l’UFR se préparent à toute éventualité et extirperaient le mal par la racine dans notre pays.

La prochaine offensive de l’UFR sonnera  irrévocablement le glas du dictateur Déby et  de son système criminogène. Le peuple  conjuguera alors « le pouvoir de Déby » au passé.

 

Source:Correspondance spéciale Tchad Espoir  de N’Djaména. 

 

  contact@tchadespoir.net

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article