BONNE ANNEE 2009 AUX TCHADIENNES ET TCHADIENS PAR FIDEL MOUNGAR

Publié le par Waldar

Au seuil de l’année nouvelle, nous avons l’honneur de vous présenter nos vœux les meilleurs, en particulier, des vœux de bonheur, santé et réussite personnelle.

Pour la collectivité nationale, nous souhaitons que cette année 2009, consacre l’amorce de la cohésion nationale  par la mise en œuvre des éléments de cette triade :   

UNITE, TRAVAIL, PROGRES.

Dans cette devise de notre pays, se trouvent les chantiers prioritaires et vecteurs d’un TCHAD nouveau.

Il est notoire que le destin de notre pays est incertain, que le quotidien des populations  est marqué par :

o   la précarité des conditions de vie,

o   les  ravages des pandémies : paludisme, VIH-SIDA.

Pourtant, ce territoire immense est réputé pour la richesse potentielle de son sous-sol en matières premières. Le TCHAD est entré dans le club restreint des pays producteurs et exportateurs de l’or noir.

Alors !

De qui dépend la régénérescence du Tchad qui va le hisser au rang des nations modernes ?

Elle dépend des tchadiens eux-mêmes :

o   le gouvernement

o   les partis politiques

o   les politico-militaires

o   la société civile

 

Que faire ?

Les populations tchadiennes semblent rejeter :

o   l’érection de la guerre comme seul moyen de régler les problèmes politiques,

o   la multiplication des partis politiques entrainant confusion, dispersion, incohérence et favorisant le vagabondage politique.

Les populations tchadiennes semblent souhaiter :

o   la renonciation à la guerre et la réalisation de la paix,

o   la lutte contre la pauvreté,

o   l’ouverture de perspectives d’avenir autour d’un nombre limité de partis politiques trans-ethniques et dotés de programmes tenant compte des revendications transitoires du peuple tchadien.

Dans ce pays meurtri par des années de guerre, c’est en maitrisant les questions concernant la paix, la famille, l’école, l’université, les entreprises, les communautés régionales ; que l’on peut redonner le dynamisme  et la sérénité aux populations.

Puisse cette année 2009, nous aider à comprendre que le temps n’est plus aux règlements de compte, aux questions de savoir « qui serait plus responsable qu’un autre de la situation actuelle ? »

Notre responsabilité commune est :

o   De tout faire pour effacer la mémoire douloureuse de nos populations

o   D’assurer un avenir meilleur pour le pays. Si ce n’est pour nous, pour nos enfants qui ont droit à la chance de connaitre de leur pays, autre chose que la guerre, la famine, l’insécurité et l’injustice.

 

Pour cela, une seule condition à réaliser :

La paix réelle inter-tchadienne

o   Obtenue par le dialogue

o   Offrant des garanties de sécurité, de quiétude pour tous

Cette paix dépend

o   Du Président Idriss Deby

o   Des groupes politico militaires

o   De nous tous

Selon le généticien français, Albert JACQUARD /

« Les Hommes et les Peuples doivent être, devenir, ou redevenir les artisans de leur humanitude »

J’y vois une raison de plus pour ne pas désespérer de notre beau pays.

Il appartient maintenant à la classe politique, d’y promouvoir, la nouvelle forme de culture et de pratique démocratique en bannissant la violence et la fatalité.

         Puisse 2009, consacrer la paix inter tchadienne.

Essayons !

Il n’est point besoin d’espérer pour entreprendre.

Bonne Année 2009 pour le Tchad, les Tchadiennes et les Tchadiens.

 

Abdelkérim Fidel MOUNGAR

Ancien Premier Ministre de la République du Tchad

Secrétaire Général de l’Action Tchadienne pour l’Unité et le Socialisme (A.C.T.U.S)

Commenter cet article