Croissance économique : Une chute de 2% en 2009 pour la zone Cemac

Publié le par Waldar

De 5% en 2008, cet indicateur va culminer à 3% cette année selon la Banque des Etats de l'Afrique centrale.

La Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cémac, 6 pays dont le Cameroun), prévoit pour 2009 un taux de croissance économique de 3%, contre 5% en 2008, en raison "du ralentissement prononcé de l'économie mondiale" et de la baisse du cours des matières premières, qui ne sont plus très demandées. Il en est ainsi du bois, dont les producteurs camerounais regroupés au sein d'un syndicat estiment à environ 40 milliards de Fcfa les pertes enregistrées par cette filière, suite à l'annulation des commandes par des partenaires européens et américains.

Idem pour l'alumine, dont le fléchissement des prix à l'international a induit, selon les pointages du ministère du Commerce, une réduction de 500 à 600 Fcfa sur le prix de la tôle de 3 mètres sur le marché camerounais. Vendu à 7000 Fcfa dans les quincailleries depuis mars 2008 suite à une hausse vertigineuse des prix de l'alumine à international, ce produit coûte désormais 6500 Fcfa dans nombre de quincaillerie. Mais à cause de ces baisses des cours mondiaux de matières premières, dont peuvent se réjouir les consommateurs locaux, la croissance économique des pays de la Cemac va prendre un sérieux coup en 2009, du fait de l'extrême dépendance des économies des pays de cette communauté aux exportations des produits brut.

Aussi, "les perspectives économiques, monétaires et financières actuelles de la Cémac" poussent-elles à envisager "une croissance économique en baisse, qui se situerait autour de 3% pour 2009" contre 5%en 2008, indique la Banque des Etats de l'Afrique centrale (Beac), institut d'émission de la Cémac, dans un communiqué cité dans une dépêche de l'Agence française de presse (Afp) du 31 décembre dernier. C'est une "conséquence du ralentissement prononcé de l'économie mondiale et de la poursuite du reflux du cours des principales matières premières exportées par la sous-région", précise le communiqué. Selon l'Afp, en novembre dernier, le gouverneur de la Beac, Philibert Andzembé, avait déjà évoqué cette baisse de la croissance économique dans la sous-région, mais faisait état d'une croissance attendue de "4% pour 2009". Elle sera finalement de 3% seulement de l'avis de la Banque centrale.

Beaucoup de pays de la Cémac - qui regroupe Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad - tirent d'importants revenus de l'exportation du pétrole. Le prix du baril de brut, qui avait atteint des sommets historiques en juillet (147 dollars), a été divisé presque par quatre depuis (40 dollars), poussant la plupart des pays pétroliers à envisager une forte diminution de leurs recettes. "Sur le front des prix, en rapport avec l'environnement international, les tensions inflationnistes devraient s'atténuer, pour revenir autour de la norme communautaire de 3% en 2009", poursuit la Beac, exhortant notamment les Etats membres à mettre en oeuvre "des politiques budgétaires prudentes". Elle recommande aussi "aux Etats et aux banques qui disposent d'excédents de ressources de soutenir l'activité, notamment à travers les investissements porteurs de croissance et générateurs d'emploi", estimant que "de la sorte, le ralentissement économique en perspective pourrait être atténué".

mutations

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article