L’UA ne veut pas du mandat d’arrêt visant le président soudanais,il aurait «un impact négatif» sur la paix au Darfour

Publié le par Waldar

L’émission d’un mandat d’arrêt international visant le président soudanais, Omar El Béchir, pourrait avoir «un impact très négatif» sur le processus de paix au Darfour, province de l’ouest du Soudan en conflit armé depuis 2003, a affirmé mardi le commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine (UA), Ramtane Lamamra. «L’émission d’un mandat d’arrêt international contre le président El Béchir ne manquerait pas d’avoir un impact très négatif sur le processus de paix au Darfour», a déclaré Lamamra depuis Doha au Qatar. Lamamra se trouvait dans la capitale qatarie à la veille d’une réunion ministérielle de quinze pays arabes et africains à Doha pour discuter de la situation au Darfour, province de l’ouest du Soudan en conflit armé meurtrier depuis 2003. Cette réunion est organisée conjointement par la Ligue arabe et l’UA.

Elle sera présidée par le secrétaire général de la Ligue, Amr Moussa, le président de la commission de l’UA, Jean Ping, et le Premier ministre du Qatar, cheikh Hamad Ben Jassem Al Thani. «Notre réunion vise à étudier l’évolution des contacts pris avec le gouvernement soudanais et les groupes armés, et voir ce que l’on peut faire pour que soient suspendues les poursuites de la justice internationale contre le président Béchir qui ont un impact négatif direct sur les négociations», a précisé Lamamra.  Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, a accusé en juillet 2008 le président soudanais de génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité au Darfour. Les juges de la CPI pourraient décider sous peu d’émettre un mandat d’arrêt, alors que cette position a été à maintes fois rejetée par l’Union africaine. Sur le terrain, les convois de vivres destinés à plus de 250 000 réfugiés soudanais installés à l’est du Tchad ont récemment repris à travers le désert de la Libye, a annoncé le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM) dans un communiqué rendu public à Dakar.

Les convois du PAM emprunteront un passage long de 2 800 km à partir de Al Khufra, base logistique du PAM au sud de la Libye -vers les camps de réfugiés de Touloum, Oure Cassoni et Iridimi à l’est du Tchad. Après cette reprise des convois, le PAM aura à acheminer, dans un délai de cinq mois, environ 33 000 tonnes de vivres vers les camps de réfugiés, à l’est du Tchad, avant que la prochaine saison des pluies ne bloque les routes. Un premier convoi de 58 camions a quitté Al Khufra fin décembre dernier et devait arriver dans les camps de réfugiés à l’est du Tchad avant fin janvier 2009, a fait savoir le PAM, ajoutant qu’un deuxième convoi d’environ 100 camions vient de quitter Al Khufra pour ce trajet difficile à travers le plus grand désert du monde. 

Au Tchad, le PAM fournit une assistance alimentaire à plus de 250 000 réfugiés soudanais et quelque 57 000 réfugiés centrafricains installés au sud du Tchad. Plus de 215 000 personnes vulnérables dans la zone sahélienne reçoivent également l’assistance du PAM, selon la même source.


latribune-online

Commenter cet article