La nouvelle alliance rebelle menace-t-elle le pouvoir de N'Djamena?(PAPIER D'ANGLE)

Publié le par Waldar

Xinhua-Près d'un an après l'attaque au cours de laquelle il avait été sérieusement mis à mal à N'Djamena  les 2 et 3 février 2008, le pouvoir du président tchadien Idriss  Deby Itno fait face à une nouvelle menace rebelle.  

     Créée à l'issue d'une réunion tenue du 22 au 24 janvier dernier à Hadjer Marfain, une ville soudanaise située à la frontière avec  le Tchad, l'Union des forces de la résistance (UFR), qui regroupe  huit mouvements rebelles, a commencé à brasser ses troupes en  direction du territoire tchadien, annoncent des sources  concordantes.  

     Cette coalition politico-militaire, qui a désigné à sa tête  Timane Erdimi, neveu du chef de l'Etat et leader du rassemblement  des forces pour le changement (RFC), a pour ambition de "renverser le régime du président Idriss Deby Itno". Elle a indiqué qu'elle " s'engage, dès le renversement de la dictature, à mettre en place  un pouvoir libre et démocratique conforme aux aspirations du  peuple tchadien".  

     Un appel a été lancé à "tous les opposants à la rejoindre pour  mettre fin au régime à bout de souffle d'Idriss Deby". Le Conseil  national de redressement du Tchad (CNRT), petite formation  d'opposition, y a adhéré en soutenant que l'UFR offre "une grande  opportunité de battre ensemble la dictature qui sévit dans notre  pays depuis bientôt deux décennies et oeuvrer pour la mise en  place des conditions propices à l'instauration d'une vraie  République démocratique et à la conquête de l'indépendance réelle  du Tchad".  

     Parmi les groupes armés que l'UFR regroupe en son sein, figure  l'Union des forces pour le changement et la démocratie (UFDD) du  général Mahamat Nouri, chef de file de l'Alliance nationale qui  avait mené l'offensive de février 2008 sur N'Djamena, la capitale  tchadienne.  

     A cause des divergences dans ses rangs pour la désignation d'un leader consensuel, l'Alliance nationale avait manqué d'atteindre  son but et avait finalement été repoussée, alors que ses  combattants se trouvaient aux portes du palais présidentiel, par  l'Armée nationale tchadienne (ANT), fidèle au président Idriss  Deby Itno.  

     "Ce qui différencie cette union de la première, c'est qu'il n'y avait pas eu assez de dialogue entre nous. Cette fois, nous avons  pris cinq mois pour dialoguer. Nous avons créé des commissions qui ont travaillé jours et nuits. Nous sommes par conséquent bien  préparés, contrairement à la première alliance", a déclaré Timane  Erdimi.  

     Agé de 54 ans, Timane Erdimi a été pendant des années directeur de cabinet du chef de l'Etat, son oncle, avant d'occuper les  fonctions de directeur général de Coton Tchad, la société  cotonnière du pays. Son frère jumeau, Tom Erdimi, aujourd'hui  réfugié aux Etats-Unis, a également été coordonnateur national du  projet Pétrole.  

     En 2004, les deux frères tentèrent de renverser leur oncle par  un coup d'Etat déjoué. Repliés au Soudan, ils créèrent l'année  d'après un mouvement armé, le Socle pour le changement, l'unité  nationale et la démocratie (SCUD), devenu par la suite le  Rassemblement des forces démocratiques (RaFD), puis le  Rassemblement des forces pour le changement (RFC).  

     Avec le RFC, Timane Erdimi a également été, lors de la grande  offensive rebelle de l'année dernière contre le pouvoir de  N'Djamena, membre de l'Alliance nationale, dont il claqua la porte. Comme il fallait bien s'y attendre, la création de l'Union des  forces de la résistance sur le sol soudanais a jeté un nouveau  froid dans les relations diplomatiques entre le régime d'Idriss  Deby Itno et celui du dirigeant soudanais, Omar el Béchir. Le  gouvernement tchadien a formellement accusé Khartoum d'être  derrière cette nouvelle coalition.  

     "Cette nouvelle alliance créée au forceps confirme la poursuite au grand jour par le régime de Khartoum de ses entreprises contre  la paix au Tchad, en violation des engagements pris à Dakar, à  Asmara, à Tripoli et à N'Djamena devant les pays frères et voisins et devant l'Union africaine (UA)", a souligné un communiqué  officiel publié lundi à N'Djamena.  

     Prenant "à témoin l'opinion nationale et internationale de la  forfaiture que vient de commettre le Soudan à travers sa tentative de colmater les rangs de ses affidés", les autorités tchadiennes  ont appelé à "une prompte réaction des chefs d'Etat médiateurs,  notamment du groupe de contact, de l'UA et de l'ensemble de la  communauté internationale pour couper court aux préparatifs  belliqueux de Khartoum".  

     Depuis 2005, le Tchad et le Soudan s'accusent mutuellement de  soutenir les rebelles hostiles à leurs pouvoirs politiques  respectifs. En avril 2008 à Dakar au Sénégal, ils ont signé, pour  la énième fois, un accord de paix visant "à interdire toute  activité de groupes armés et à empêcher l'utilisation de leurs  territoires respectifs pour la déstabilisation de l'un ou l'autre " pays.  

     Le 9 novembre 2008, les deux pays ont rétabli leurs relations  diplomatiques rompues en mai à la suite d'une attaque rebelle au  Soudan. Et conformément au calendrier arrêté, la septième réunion  du groupe de contact chargé de la mise en oeuvre de l'accord de  Dakar est prévue avant la fin de ce mois à Khartoum. Est également attendue, la mise en mouvement, à la frontière commune, d'une  force mixte de paix et de sécurité.  

     Aux yeux des observateurs, la création de l'UFR n'a rien de  sensationnel. Chef du Centre de recherche et d'études politiques  et stratégiques (CREPS) de l'Université de Yaoundé II au Cameroun, le professeur Joseph Vincent Ntuda Ebodé, géostratège, observe qu' "il semble se dégager de cette nouvelle coalition que l'opposition au président Deby commence à endurer le temps".  

     La naissance du nouveau front armé au Soudan "signifie aussi  que les relations entre les deux pays ne sont pas toujours au beau fixe", ajoute Ntuda Ebodé. Le gouvernement tchadien a averti qu'" il ne se laissera pas surprendre pas de telles manoeuvres" de  déstabilisation. 

Par Raphaël MVOGO 

Commenter cet article