Où est le corps de Ibni Oumar Mahamat Saleh ?-TchadForum

Publié le par Waldar

 

.

LA MORT DE IBNI OUMAR N’EST PAS UN DETAIL.

Le 3 février 2009 , M. Ibni Oumar Mahamat Saleh , militant des droits de l’homme, Secrétaire Général du Parti pour les Libertés et le Développement, le P.L.D et Porte Parole de la C.P.D.C, la coordination des partis politiques pour la défense de la constitution, a été enlevé à son domicile par l’Armée Nationale Tchadienne, vers 19 h 30 , à Ndjamena, devant sa famille et les enfants qui jouaient au foot ball devant sa maison .

Depuis cette date, M. Ibni Oumar n’est pas réapparu dans sa famille .Il est présumé avoir été assassiné, selon le rapport de la commission souhaité par le gouvernement français. Mais dès que la pression de la communauté internationale s’exerce un peu sur le président de la république Tchadienne, celui-ci déclare lamentablement, qu’il s’agit d’un détail. La mort de Ibni Oumar est un détail pour le président Idriss Deby Itno et cela les Tchadiens ne l’admettent pas, car le Tchad du président Deby est un état néant, une république que de nom, sans contenu réel et idéal républicains.

L’impunité seule a toute sa place dans cette entité tchadienne sans institution, c’est à dire sans chef, donc sans règle. Le Tchad de Monsieur Idriss Deby est un mouroir et en même temps un dépotoir qui sert de tombes pour les tchadiens.
Tous les hommes d’excellence qui gouvernent le monde ont constaté avec résignation, que le président ne dit jamais la vérité dans son palais présidentiel. Cependant , la communauté internationale n’est pas dupe. Elle est bien informée que l’état tchadien se dissocie par le fait d’un président de la république qui n’éprouve aucun sentiment pour les populations dont il prétend avoir la charge. Pour lui le sang d’un compatriote sent bon .C’est un ennemi. Le cas de Ibni Oumar illustre bien cette situation.
Les dérèglements des mœurs qui sont aujourd’hui la corruption, la débauche, l’immoralité et autres vices, ont engendré des effets pervers : viols de mineures, de femmes, des assassinats et des tueries incessantes organisées dans les quartiers par les hommes du président Des enlèvements d’ hommes politiques et leurs disparitions, ne seraient pas des méthodes arbitraires pour M. Idriss Deby ? C’est du détail, selon le chef.
. A Njdamena, il suffit d’avoir n’importe quel journal local entre les mains, pour que la première page vous indique déjà le nom d’une mineure violée la veille. Le Tchad du président Deby n’est pas un rêve de personne normale. C’est un désastre pour le peuple tchadien. Notre président est un singulier homme au Tchad que la vérité indispose, même quand c’est admis par tous les citoyens. Cela crève les yeux. A quand pourra-t-il s’illustrer comme un président d’une république ? Car ailleurs le mot république a bien une autre compréhension pour les peuples . Que ceux des tchadiens qui le connaissent le mieux, osent désavouer ce dessein macabre.
. Le silence n’est pas une réponse à une telle situation barbare, les populations du Tchad exigent que M. Deby annonce les conditions de l’assassinat de M Ibni Oumar Mahamat Saleh à la société tchadienne. .Elle a le droit de savoir pourquoi vous avez assassiné Ibni Oumar Mahamat Saleh , monsieur le président Deby !
Les associations politiques que Ibni Oumar dirige, pour nous il est toujours à son poste, c’est à dire le P.L.D et aussi la coordination de la C.P.D.C, pensent que seul le président Deby est responsable des maux qui détruisent le Tchad. L’inductif, c’est vous M. le président. Il ne semble pas opportun à votre pays de voir un autre coupable, le raisonnement par analogie ne tient pas, votre silence vous condamne même si l’assassinat de Ibni Oumar n’est que du détail, expliquez-vous ! La société tchadienne vous le demande. Ce qui vous manque , le pays le sait, c’est le courage qu’un homme d’état doit avoir à tout moment quand il se trompe. Le fait que vous êtes le président de la république ne suffit pas pour assassiner un compatriote dont le Tchad entier a financé l’éducation. Vous êtes redevable au Tchad. Nulle part n’est mentionné dans la religion dont vous vous réclamiez, que l’on peut tuer un savant facilement sans rendre compte à sa société. La manifestation de la vérité doit intervenir, ensuite restituez le corps de Ibni Oumar à sa famille, puis vous ne dormirez que mieux. Votre compatriote de Biltine que vous avez assassiné n’est pas revanchard, il est un bon exemple de démocrate. Il n’a hai personne pour des idées, pour des engagements contraires aux siens dans la parole politique. Ibni Oumar n’aimerait pas être vengé mais que toujours la justice soit rendue, c’est là un sens de citoyenneté extrême dans la démocratie.
M. le président de la république, M. Deby Idriss, ne dites pas des choses à faire dormir debout au peuple tchadien, pour vous extraire de votre responsabilité, le Tchad est en colère, vous le savez bien . Alors , où vous en êtes dans la procédure de restitution du corps de Ibni Oumar Mahamat Saleh ?

La société tchadienne vous demande : Où est le corps de Ibni Oumar Mahamat Saleh, M. Deby ? Les Tchadiens veulent le voir !
Section P.L.D et la représentation de la C P D C, en France.

Rappel : manifestation à Paris le 14 Février 2009 de 14 Heures à 17 Heures de la rue des Belles Feuilles à la Place du Trocadéro.

 

 

Commenter cet article

GR 11/02/2009 21:25

TchadForum  il faut demander cette question a ton maitre Timan Erdimi qui a toutes les secrets du Roi Deby Itno Premier avant de demander au Roi Deby Itno Premier.Timan Erdimi est mieux place pour repondre a cette question

GGorce 11/02/2009 18:47

Gaetan Gorce : Aidez-nous à briser le mur du silence!
Ce matin, à l'Assemblée nationale, j'ai tenu avec Jean-Pierre Sueur, sénateur du Loiret, une conférence de presse pour présenter la lettre ouverte que nous venons d'adresser au Président de la République sur les conditions de la disparition d'Ibni Oumar Mahamat Saleh. Comme j'ai déjà eu l'occasion de l'indiquer sur ce blog, et comme l'a confirmé la commission d'enquête constituée l'été dernier, Ibni Oumar Mahamat Saleh a très certainement été arrêté le 3 février 2008, détenu et assassiné par les autorités tchadiennes. Nul ne semble s'en émouvoir. Le 4 juin, le Président de la République, dans une lettre qui m'était destinée se déclarait « personnellement engagé pour que toute la lumière soit faîte sur cette disparition ». Depuis lors, et malgré les éléments nouveaux produits en particulier par la commission d'enquête il n'a plus répondu à aucune des correspondances que nous lui avons adressé avec Jean-Pierre Sueur, il semble évident qu'une conspiration du silence s'est mise en place tablant sur la résignation progressive de la famille et des hommes et des femmes qui s'étaient mobilisés pour obtenir la vérité. Cette conspiration du silence, qui, du point de vue français, repose sur des motivations qui mériteraient d'être éclaircies, nous ne pouvons ni ne devons l'accepter. Il ne s'agit pas en effet d'une affaire intérieure tchadienne. Il ne s'agit pas non plus d'un problème politique français. Il s'agit simplement du droit élémentaire de connaître la vérité sur les conditions de la mort d'un homme que rien, ni la nature de son engagement, ni son intégrité, ni son autorité morale, ne désignait pour une fin aussi sombre. Aussi j'en appelle à toutes celles et ceux qui me font la gentillesse de me lire sur ce blog, je tiens à leur disposition un dossier complet. Je leur demande, là où ils sont, avec les moyens dont ils disposent, de faire connaître cette affaire et de mobiliser l'opinion.
Député Gaetan Gorce