Tchad:Interview de Timan Erdimi-traduit de l'arabe par Liberté Sans Frontières

Publié le par Waldar

Tchad: Erdimi appelle la France à respecter le choix du peuple tchadien

"Nous œuvrons pour l’instauration d’un pays de droit (…) La France doit être neutre et respecter le choix du peuple tchadien (…) Le régime tchadien tente de dissimuler ses crimes et concentre les accusations contre le Soudan. "


 
"Nous œuvrons pour l’instauration d’un pays de droit (…) La France doit être neutre et respecter le choix du peuple tchadien (…) Le régime tchadien tente de dissimuler ses crimes et concentre les accusations contre le Soudan. "

"Depuis sa décision de changer le régime du président tchadien, l’opposition tchadienne a connu plusieurs étapes parmi lesquelles deux tentatives d’investir N’djamena ont échoué au niveau du palais présidentiel. Maintenant, l’opposition tchadienne vit une nouvelle ère après l’annonce d’une alliance dénommée l’UFR qui rassemble toutes les factions placée sous la présidence de Timane Erdimi, neveu du président Idriss Deby. Dans un entretien avec Erdimi, l’homme explique comment a été formée l’UFR et quel est son avenir…" commentaire Hiba Mahmoud

Entretien avec le président de l'UFR Timane Erdimi
Réalisé par Hiba Mahmoud


Hiba Mahmoud : Pouvez-vous nous expliquer comment a été constituée la nouvelle alliance que vous présidez ?
Timane : L’UFR est constituée de tous les mouvements politico-militaires qui mènent depuis cinq années une lutte à l’Est du Tchad contre le régime en place. Nous avons tout d’abord procédé à l’élimination de tous les obstacles menant à l’unité, en créant des commissions constituées de toutes les sensibilités qui ont déployé un effort considérable pour arriver à cette fin. A travers ces commissions, il ya eu à tous les niveau des consultations et des discussions franches qui ont finalement abouti à l’unité militaire et politique de l’opposition.

Hiba Mahmoud : Quels sont les principaux mouvements qui constituent l’UFR ?
Timane : Les principaux mouvements sont l’UFCD du colonel Adouma Hassaballah, l’UFDD du général Mahamat Nouri, l’UFDD/F de Abdelwahit Aboud Makaye, le FPRP de Adam Yacoub, le FSR de Ahmat Hassaballah Soubiane, le CDR de Albadour Acyl Ahmat et mon mouvement le RFC.

Hiba Mahmoud : Nous avons constaté l’absence du général Mahamat Nouri et Ahmat Soubiane du bureau exécutif.  Comment expliquez-vous cela ?
Timane : Au départ le général Nouri était candidat au poste de Président de l’UFR mais il s’est retiré et a préféré ne pas être membre du bureau exécutif dans lequel il a placé ses cadres. Malgré cela, Nouri participe activement dans nos réunions et dans toutes les prises de décision. S’agissant de Soubiane, il a préféré ne pas être membre du bureau exécutif mais son mouvement y est. Comme je l’ai déjà dit, Soubiane et Nouri sont tous membres fondateurs de l’UFR et le fait qu’ils ne soient pas membres du bureau exécutif ne veut pas dire qu’ils ne sont pas membres de l’UFR.

Hiba Mahmoud : On accuse l’opposition tchadienne de tribalisme. Peut-on dire que le bureau exécutif est constitué en se basant sur les ethnies ?
Timane : L’UFR œuvre pour l’avènement d’un Etat de droit basé sur l’égalité, la démocratie et la justice.  L’expérience au Tchad nous a démontré qu’un régime clanique est voué à l’échec.  C’est pourquoi, nous avons combattu le tribalisme et mis en place un bureau exécutif à la couleur d’un parti politique dont le but est de lancer les bases des structures nationales dans lesquelles tout le monde participe.

Hiba Mahmoud : Il ya bien eu par le passé deux alliances dirigées respectivement par Mahamat Nour et Nouri. Ces alliances ont échoué. Pouvez-vous nous dire en quoi votre nouvelle alliance est différente des autres ?
Timane : Les précédentes alliances ont été formées dans des conditions difficiles. Elles n’ont pas pris le temps nécessaire pour discuter et se consulter.  Mais notre alliance s’est constituée après cinq mois de discussion et de consultation entre toutes les parties concernées. Elle est passée par plusieurs étapes à savoir la signature par tous du programme politique, des statuts et du règlement intérieur, puis l’élection du président, la constitution du bureau exécutif et consultatif et le brassage des combattants.

Hiba Mahmoud : Existe-t-il une coordination entre les mouvements de l’Est et ceux à l’extrême sud ?
Timane : Conformément au statut de l’UFR, tout mouvement a droit de rejoindre l’alliance. C’est pourquoi, nous les avons contactés et ils ont tous annoncé leur adhésion à l’UFR. Mais compte tenu de la distance, nous avons adopté une stratégie pour une action militaire coordonnée.

Hiba Mahmoud : Vous avez promis de lancer une offensive pour renverser le régime du président Idriss Deby. Êtes-vous optimiste ?
Timane : Bien sûr que oui je suis optimiste puisque l’opposition a réussi à s’unir sous un seul commandement et le nombre de nos combattants a augmenté. Il faut surtout prendre en compte le fait que nos combattants ont le moral très haut contrairement à ceux d’Idriss Deby.

Hiba Mahmoud : L’opposition a-t-elle peur de la position de la France qui soutient le gouvernement tchadien ?
Timane : Nous n’avons pas peur. A la France de choisir. Soit elle adopte une position neutre en laissant le peuple tchadien faire son choix, soit elle continue à soutenir le régime corrompu de Idriss Deby et disparaître avec lui.

Hiba Mahmoud : Le Tchad accuse le Soudan de vous soutenir. Que pensez-vous de cela ?
Timane : Le régime de Deby a perdu la boussole politique et ne sait sur quel pied danser, à tel point qu’il est incapable de faire face à ses problèmes internes. A chaque fois que la situation se détériore à N’djamena à cause de la corruption de l’état et l’injustice, le régime se précipite pour accuser le Soudan ou l’opposition. Nous ne sommes pas concernés par ces genres d’accusation, car le régime de Deby sait très bien que nous sommes soutenus par la population et nous sommes sur le territoire tchadien. Pour dissimuler ses violations des droits de l’Homme et ses injustices contre le peuple tchadien, le régime d’Idriss Deby tente d’attirer l’attention de l’opinion publique sur le Soudan.

Hiba Mahmoud : Peut-on savoir pour quelles raisons la communauté internationale s’intéresse peu à l’opposition tchadienne ?

A suivre ...............
Traduction assurée par Liberté Sans Frontières

dabio.net
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article