Le Kanuri se distingue également par sa maîtrise du plus grand des arts pour un peuple conquérant issue d’un empire qui a dominé une partie de l’Afrique

Publié le par Waldar

Un peuple vieux toujours jeune…
25/02/2009
: La ville de Ngaoundere, dans la région de l’Adamoua était il y a quelques jours la capitale culturelle du peuple Kanuri. Un festival où ont été  exposé la diversité et la richesse de la tradition de ce peuple.
Les festivaliers sont venus de plusieurs pays dont le Nigeria, le Tchad, le Niger et le Cameroun. Les manifestations étaient présidées par le ministre de la culture, madame Ama Tutu Muna.

Kanuri aussi écrit kanouri en français, est une langue de la famille des langues nilo-sahariennes,un dialecte parlé par environ 4 millions de personnes au Nigeria au Niger au Tchad et bien sûr au Cameroun ; on retrouve également une minorité vivant dans le sud de la Libye et au Soudan. Les populations qui partage cette langue sont précisément réparties entre les provinces du Kanem au Tchad, du Bornou State au Nigeria frontalier au Cameroun par le mayo Sawa, du Manga et du Mounio dans la région de Diffa, Zinder et les oasis du Kawar (Bilma), à l'est du Niger et dans quelques districts moins importants.

Le mot « Tchad » vient d'ailleurs du kanuri et veut dire « grande étendue d'eau ».

Cette langue est liée aux empires du Kanem et du Bornou qui ont dominés la région du Lac Tchad pendant des milliers d’années.

Au Cameroun, le peuple Kanuri est majoritairement musulman et très présent dans toute la zone septentrionale du pays. C’est un peuple assez mobile avec cette particularité, d’être généralement commerçants et de fins artisans. Ces belles chéchias qui rehaussent l’éclat des gandouras sont l’œuvre des Kanouri, qui excelle dans l’art de la broderie. Dans le domaine de la bijouterie on les y retrouve également.

Le Kanuri se distingue également par sa maîtrise du plus grand des arts pour un peuple conquérant issue d’un empire qui a dominé une partie de l’Afrique : l’art du fer. En effet, les Kanuri sont forgerons de pères en fils. Il suffit de faire un tour dans les « Koléré » pour le voir. « Kolé » est la désignation du kanuri en langue fufuldé, et tous les quartiers où il existe une forte colonie Kanuri portent le nom de « Koléré ».

Le Kanuri, au-delà des dons et talents développés avec le temps porte généralement sur lui une marque indélébile et suffisamment visible. Il s’agit des balafres qui ornent son visage  et qui le distingue dans ce village planétaire qu’est le monde.

Le festival de Ngaoundere qui a drainé tous les peuples Kanuri du Cameroun comme d’ailleurs a été une belle occasion de communion et de valorisation d’une culture vieille de plusieurs siècles. Au Cameroun de nombreux membres Kanuri ont occupé de hautes fonctions, à l’exemple de Amadou ALI l’actuel vice premier ministre, ministre de la Justice et Garde des sceaux.

Pierre EVEMBE
CRTV


Commenter cet article