Tchad:Législatives hypothétiques en 2009

Publié le par Waldar

Législatives hypothétiques en 2009

« Pas d’élections en 2009 », titre N’Djaména bi-hébdo. Le journal constate que les opérations cartographiques, préalables au 2ème recensement démographique de la population et de l’habitat (RGPH2) qui doit commencer début avril prochain, n’ont pas encore pris fin. A cette allure, il serait superflu de parler d’élections en 2009, écrit le confrère qui a interrogé les responsables dudit recensement.

Les lycéens de la Concorde investissent les rues

Le reporter du quotidien Le Progrès rapporte que le lundi 23 février, les élèves du Lyvée La Concorde de N’Djaména (ex-CEG n°2), ont violemment manifesté, obstruant les voies publiques et s’en prenant aux véhicules administratifs. Cette grogne est partie d’une opération « coup de cœur », instaurée par les responsables du lycée, en accord avec les élèves, les parents et le syndicat des enseignants. Compte tenu du besoin croissant en enseignants, le lycée est obligé de recruter des professeurs vacataires payés sur les 1250 FCFA de frais d’inscription. Or, ce montant ne suffit pas et le proviseur a demandé à chaque élève de payer 2000 FCFA supplémentaires sans quoi leur bulletin du premier semestre ne leur serait pas rendu. C’est ce qui a révolté certains élèves. « On nous dit que l’école est gratuite, je ne comprends pas pourquoi, chaque fois, on nous demande de contribuer », s’emporte un élève dont les propos sont rapportés par le journal.

Le bureau de l’Union Nationale des Étudiants du Tchad (UNET) est destitué par référendum

Selon Le Progrès qui se fait l’écho de la nouvelle, la Commission électorale d’organisation du référendum pour le maintien ou la destitution du bureau de l’UNET, a donné les résultats du vote. La destitution du bureau, décidée par la Chambre des délégués des étudiants de l’Université de N’Djaména, a été entérinée par les résultats du référendum, qui donnent 61,45% de voix pour et 37,57% contre. Sur les 1658 votants, 1019 ont dit « oui » à cette destitution et 623 s’y sont opposés, rapporte le quotidien. Le quotidien nous apprend à l’énoncé du verdict, à 14 heures, les partisans du bureau déchu s’en sont pris aux autres, faisant en sorte que les cours ont été arrêtés.

Fouilles d’armes de guerre au Tchad

« Des fouilles qui agacent et inquiètent », titre Notre Temps qui fait remarquer que depuis un certain temps, des fouilles intempestives des véhicules et dans les domiciles sont opérées. Par ailleurs, des ballets incessants d’hélico, de défilés de véhicules militaires bondés d’hommes armés en tenue. Pour cet hebdo, même si jusque–là rien de concret ne se passe sur le plan militaire à l’Est du pays, tout montre que les belligérants se préparent activement à cette éventualité.

« Des fouilles inutiles », renchérit de son côté Le Temps qui se demande l’impact réel de ces fouilles qui perturbent en fait la quiétude des paisibles citoyens. Aujourd’hui, on peut très bien immobiliser la ville, fouiller jusqu’aux caleçons des N’djaménois pour les désarmer mais cela ne changera absolument rien. Tant qu’on n’aura pas mis fin à cette manie de distribuer des armes à tour de bras à des civils, les armes circuleront toujours et menaceront la quiétude du régime. Certains barons croient qu’en armant les civils, on pare à toute mauvaise surprise mais c’est l’effet contraire qui se produira.

Déby donne une partie du Mayo-Kebbi aux Libyens

C’est un titre emprunté à Notre Temps qui révèle que par un décret daté du 31 décembre 2008, signé du Président de la République Idriss Déby Itno et contresigné par le Premier ministre, le gouvernement tchadien cède un terrain de 20 000 hectares, dans le sud de Bongor, à une société libyenne, Laïco-Tchad. Le journal précise que Laïco-Tchad devient propriétaire de ce domaine d’une durée indéterminée et devrait l’occuper dans le but d’une exploitation agricole. Or, déplore Notre Temps, la législation de 1967 sur le foncier, le délai requis pour ces genres d’opération ne peut dépasser 30 ans. Le journal cite la mise en garde d’un agronome pour qui, « on connaîtra le phénomène des grands propriétaires terriens et des petites exploitations pauvres comme c’est le cas en Amérique latine (…) On va vers un schéma où les populations locales deviendront des gens n’ayant pas d’autres choix. Cela va développer un phénomène social qui aura des conséquences graves dans l’avenir ».

22 médecins obtiennent leur parchemin

Notre Temps nous apprend qu’à l’issue de la soutenance des thèses de doctorat de médecine, 22 étudiants de la 10ème promotion de la faculté des sciences de la Santé de N’Djaména ont été déclarés docteur en médecine par un jury international composé de 9 membres. Deux filles figurent parmi les lauréats. Le major de la promotion, Aboubakar Assidick Taoussi dont la thèse a porté sur « les facteurs étiologiques et conséquences socioprofessionnelles de l’anosmie chez les Hadjaraïs demeurant à N’Djaména », a obtenu la mention ‘‘Très honorable avec félicitation du jury puis proposition pour prix de thèse et échange’’.

Une centaine d’éléphants sèment la terreur à Bessao (Département de Monts de Lam)

Selon Le Progrès, dans la nuit du 23 au 24 février 2008, la centaine de pachydermes a dévasté des champs sur son passage. D’après le correspondant de l’Office National de Radio et Télévision, les autorités locales, alertées par les cris, sons de tam-tams et lumière de torches, ont appuyé la population à faire reculer ce troupeau d’éléphants qui n’est pas à sa première incursion.

Ndjam Vi 2008 prime ses lauréats

Selon N’Djaména bi-hebdo, les 2 artistes musiciens Diégo et Padjiray, promus lors de N’djam Vi 2008, le festival de musique et assainissement, viennent de mettre chacun un album sur le marché avec le concours du Réseau Culturel et Artistique pour la Formation et la Francophonie (RECAF). « Ces prix devront permettre l’enregistrement de deux albums et leurs duplications en quantité promotionnelle et d’offrir des tournées nationales aux artistes lauréats », confie le coordonnateur du RECAF, Nguinambaye Ndoua Manassé, lors d’une conférence de presse.

Mbaïdedji Ndjénodji Frédéric

Commenter cet article