Le président soudanais est arrivé au Qatar pour le sommet arabe, Ban Ki-moon attendu

Publié le par Waldar

DOHA (AFP) - dimanche 29 mars 2009 - 16h34 - Le président soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), est arrivé dimanche à Doha pour participer au sommet arabe, selon des images en direct de la télévision d'Etat du Qatar.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon assistera au sommet en dépit de la présence de M. Béchir, a indiqué dimanche à l'AFP un responsable onusien.

"Le Soudan est un pays membre des Nations unies alors que la Cour pénale internationale est un organisme judiciaire indépendant qui n'interdit pas à l'ONU de traiter avec le Soudan", a déclaré ce responsable sous le couvert de l'anonymat.

M. Béchir a été accueilli sur le tarmac de l'aéroport international de Doha par l'émir du Qatar, cheikh Hamad ben Khalifa Al-Thani.

Peu avant son arrivée, Ali Youssef, responsable du protocole au ministère soudanais des Affaires étrangères, avait annoncé que M. Béchir était en route pour Doha.

Il n'a pas précisé si le président soudanais allait assister à tout le sommet arabe qui se tient officiellement lundi et mardi à Doha.

Il s'agit du quatrième voyage à l'étranger du président soudanais depuis le mandat d'arrêt délivré contre lui le 4 mars par la CPI pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité au Darfour, région de l'ouest du Soudan en proie à la guerre civile.

M. Béchir s'est rendu cette semaine en Erythrée, en Egypte et en Libye. Le quotidien soudanais Al-Asima affirmait dimanche que le président devait voyager en Ethiopie.

La participation de M. Béchir au sommet arabe était incertaine jusqu'au dernier moment et des pays arabes se sont déclarés solidaires du Soudan lors des travaux préparatifs.

"La pression exercée sur le Soudan est inacceptable", a déclaré dimanche à l'AFP le chef de la diplomatie bahreïnie, cheikh Khaled Ben Ahmad Al-Khalifa, ajoutant que les pays arabes "soutiennent le Soudan frère, confronté à une épreuve liée à une affaire de guerre civile qui n'est ni la première ni la dernière" au monde.

Le procureur de la CPI, l'Argentin Luis Moreno-Ocampo, avait affirmé qu'il n'y avait "pas d'immunité pour Omar el-Béchir (...). Dès qu'il voyagera dans l'espace aérien international, il pourra être arrêté".

Les 22 membres de la Ligue arabe comme les 53 Etats de l'Union africaine (UA) se sont prononcés contre le mandat d'arrêt et ont entamé des procédures auprès du Conseil de sécurité de l'ONU pour qu'il suspende la procédure.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lt sougou 31/03/2009 19:55

le site tchadhanana a raison car j,etais un de victime du general abdelaziz.je vais vous racontez mon histoire ki touche de pret et de loin ce fameux general,j,etais une fois son soi disant beaux frere mais la encore je suis pas encore marie avec sa niece ki etais ma copine,cet general profitais de mon argent avant meme le mariage donc kand j,avais mes renseignement de ce general ce nourris seulement de l,argents des ceux beaux frere. pour mariage ne des ces soeurs ou nieces il faillait meme signe sur l,acte de mariage quelques part tu lui doit un montant forfotaire jusqu,au l,arrive de ton 1 enfant donc sa c,est pas une arnaque