Préparatifs tchadiens

Publié le par Waldar

chad t55

Les troupes d'Idriss Deby se réarment en prévision d'offensives de l'opposition tchadienne

T-54 touché à N'Djamena, suite aux combats de février dernier



Les signes d’une nouvelle offensive de l’opposition tchadienne après la fin de la saison des pluies se multiplient. Le président Idriss Deby s’emploie à renforcer son armée afin d’éviter les déconvenues de février dernier. Des observateurs à N’Djamena font état de mouvements d’unités de combat de l’armée, appuyées par des rebelles soudanais du mouvement Justice et Egalité de la capitale en direction de la frontière soudanaise. Un avion An-76 aurait été aperçu, il y a quinze jours, atterrissant sur l’aéroport de N’Djamena en provenance de Biélorussie ou d’Ukraine. Cela inaugurerait des navettes destinées à approvisionner l’armée tchadienne en matériels. L’appareil aurait transporté quatre véhicules blindés BMP-1, des lance-missiles, des lance-roquettes RPG-7, sans compter les munitions. Depuis le début de l’année, les dépenses tchadiennes en matière d’armement se seraient élevées à 470 millions de dollars. N’Djamena attend la livraison de huit hélicoptères Mi-24. Ces achats montrent que l’état-major tchadien a tiré les leçons de la dernière bataille de N’Djamena. Les chars T-54 étaient parvenus à assurer la défense du palais présidentiel, sans subir de grosses pertes. Un seul char avait alors été détruit après une panne moteur et l’abandon par son équipage. Les BMP-1 sont armés d’un canon de 73 mm et d’une mitrailleuse de 7,62 mm. Il dispose de missiles antichars Sagger. L’armée tchadienne utiliserait ces engins comme des bunkers mobiles capables de stopper la progression des véhicules Toyota Land Cruiser des rebelles. Reste à connaître l’attitude de l’Eufor en cas de bataille. Selon certains, l’armée française ne s’engagerait pas à côté de Deby.

TTU

Commenter cet article