comment la notion des detournements des biens publics est devenu une fierté chez les tchadiens ?

Publié le par Waldar


mes chers compatriotes je me pose tout le temps à savoir est-ce que réellement nous avons l'amour de notre patrie ? Et bien pour repondre à cette interrogation avec beaucoup plus de sincerité et d'objectivité, je dis au fond du coeur que nous avons perdu depuis un laps de temps l'amour de la patrie et notre fiérte natinale,au detriment des nouveaux concepts qui sont : le clientelisme , le tribalisme ,l'affairisme , et comment chercher les oppotunités de s'enrichrir iilegalement c'est à dire en detournant les biens du peuple tchadiens et voila la nouvelle culture chez la plus part des compatriotes qu'ils soient intruits ou non , mais le premier cas s'avere inquietant dans la mesure ou le tchad forme ses propres destructeurs .Mes chers compatriotes ma reflexiion interpelle chaque tchadien qu'ils soient dans ce systeme mafieux et honteux ou en dehors du systeme qu'il a l'obligation de demander des comptes ou porter plainte auprés des intances judiciares.Dans les pays occidentaux ,  celui qui detourne un cent est humilié dans toutes les presses et écroué mais irronie du  contexte dans notre pays le pilleur des biens est vu comme un heros national et vit en toute impunité.Analysons quelques illustrations palpables:le cas des directeurs administratifs et financiers (DAF ) qu'on les appellent communement monsieurs 20% du  fait de leur droit sur tous les marchés publics de leur ministére en complicité avec son ministre,et bien si chaque administrateur tchadien gere les biens publics de la sorte  des nos DAF quels seront les finances du tchad bientot?

Mhti Soukour
msoukour@yahoo.fr
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ach'Ary Alhabo 24/04/2009 15:30

Tres bonne observation!Il semble que l'argument religieux (qui stipule que la corruption est interdite) ne tient plus.L'etat etant incapable de regler ce probleme et vu l'incertitude grandissante quant au changement de regime, le probleme de corruption ne peut etre regler que par la societe qui le subit. Encore faut il que la societe comprenne les mefaits de la corruption.Il faut, selon moi, rendre infrequentable les personnes responsables des crimes comme corruption, vols, meurtres. Refuser de les frequenter, refuser de prendre leur argent, les traiter de parria pour que nos enfants n'en fassent pas de modeles de reussite.Tout cela ne peut se faire que par sensibilisation des masses. Le principal acteur doit etre la societe civile car l'etat n'existe pas(ou du moins n'existe que pour detruire).