Deby impliqué dans l'enlevement deux expatriées de l'ONG Aide médicale internationale

Publié le par Waldar

Echec annoncé des discussions sur les otages du Darfour


KHARTOUM - Les négociations entamées entre les rebelles qui détiennent au Darfour deux expatriées de l'ONG Aide médicale internationale, dont la Française Claire Dubois, et les autorités tchadiennes ont échoué.

"Les négociations n'ont pas réussi. La tension va monter dans cette affaire", a dit à Reuters un des ravisseurs joint samedi par téléphone satellitaire. "La délégation est rentrée hier parce que nous voulions des garanties pour sa sécurité."

Claire Dubois, qui est malade et dont l'état de santé se serait aggravée, et la Canadienne Stéphanie Joidon ont été enlevées le 4 avril dernier à Ed el Fursan, dans le sud du Darfour.

"Nous les avons transportées ailleurs. L'otage française ne va pas bien et souffre toujours de diarrhées. Les otages ont un repas par jour et nous buvons de l'eau tirée de puits insalubres", a-t-il précisé.

Un groupe se faisant appelant les Aigles de la liberté d'Afrique réclament que la justice française juge les six membres de l'Arche de Zoé, condamnés pour enlèvement d'enfants au Tchad avant d'être graciés par le président Idriss Deby.

"La France ne prend pas cette affaire au sérieux. Elle veut une solution par le biais du Soudan mais nous n'avons eu aucun contact de la part des autorités françaises ou soudanaises", a poursuivi ce ravisseur.

Les ravisseurs avaient annoncé cette semaine l'envoi d'une délégation au Tchad pour engager des discussions. La nature exacte de ces pourparlers n'a pas été dévoilée, mais les rebelles espéraient que le Tchad ferait pression pour Paris pour obtenir une réouverture du dossier de l'Arche de Zoé.

Commenter cet article