Tchad vs Somalie

Publié le par Waldar



L'heure est grave. La situation est critique a' l'Est du Tchad. J'ai décidé de faire un petit résumé sur la somalie (grâce a' la recherche que j'ai faites en Anglais) et sur le Tchad pour pouvoir comparer les 2 pays qui semblent avoir bcp de similarités.

Indépendante de l'Italie depuis 1959, la somalie est née du regroupement d'anciennes colonies britanniques et italiennes. Les années 1960, 1970, et 1980 ont été marquées par les luttes tribales et claniques ainsi que par une famine dévastatrice. Rappelons qu'en 1991, le nord du pays déclare son autonomie et prend le nom de Somaliland. Il n'est cependant pas reconnu par la communauté internationale. Depuis 18ans, le gouvernement somalien contrôle a' peine la capitale, Mogadiscio. Les autres régions du pays tombent sous l'influence des seigneurs de guerre. Les tribalismes et les rivalités régionales exacerbées contribuent a' rendre le cocktail encore plus explosif.

Tchad, indépendant de la France depuis 1960, est né du regroupement de plus de 150 Ethnies et plusieurs régions. Les années 1970, 1980 (Guerre de 9 mois dans la capitale), 1990, 2000 et bientôt 2010 ont été marquées, comme celles de la Somalie, par les luttes tribales et ajoutons régionales ainsi que 2 grandes famines dévastatrice (1973 et 1984 ).

Rappelons qu’en 2007, la région de Guereda a failli être autonome sous l’influence et l’exigence du tout puissant ex-chef de FUC le capitaine Mht Nour Abdel-Kerim. Vues toutes ces raisons évoquées ci-dessus, il y’a lieu pour s’inquiéter de la future proche «  somalisation » du Tchad. Le risque est trop grand pour que tôt ou tard si la guerre ne cesse pas l’État finirait par contrôler la capitale et quelques régions de l’Ouest et les politico-militaires pourraient occuper les régions de l’Est. Ca serait comme la crise ivoirienne ou si les politico-militaires eux même ne s’entendaient pas, on irait tout direct vers la « somalisation». Et puis le tribalisme et le régionalisme contribueront a’ rendre la situation plus explosive.

Pour terminer, je conjugue mes verbes au conditionnel parce que personne ne souhaite une telle situation désastreuse. Personnellement, j’étais, je suis et je serai toujours contre la guerre. N’oublions pas chers compatriotes, a’ chaque guerre, qu’on soit pro-gouvernemental ou pro-politico-militaires; ceux qui meurent sont tous nos frères ( de deux cotés ). Ceci étant dit, la diaspora tchadienne ne devrait pas penser que la guerre est la seule ou la bonne alternative. Sachons que la guerre ne connait ni Rebel, ni État, ni paysan, ni commerçant, ni éleveur, ni ouvrier, ni étudiant… Elle détruit tout sur son passage. La guerre est la pire des choses pour paraphraser l’ex président Français le vieux sage Jacque Chirac. J’espere que ces quelques mots contribueront a’ apporter la paix au TCHAD.

Votre ami et frère,
Mahadjir.fils
Amérique du Nord.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article