Situation économique morose du Tchad

Publié le par Waldar



« La pilule sera amère », prévient l’éditorialiste de N’Djaména bi-hebdo qui nous apprend que la mission du Fonds Monétaire International qui a séjourné pendant deux semaines à N’Djaména, a dressé, dans un communiqué, un constat effarant de la situation économique du Tchad. ‘‘L’évolution macroéconomique au Tchad en 2008 a été caractérisée par la faiblesse de l’activité économique, une forte expansion budgétaire et une hausse de l’inflation. Le PIB réel s’est contracté de 0,2% en raison d’une baisse de la production de l’activité pétrolière à la suite de l’attaque de la capitale par les rebelles en février 2008’’, peut-on lire en extrait. Et le communiqué de poursuivre ‘‘. La bonne tenue des recettes pétrolières a entraîné des augmentations sensibles des dépenses, notamment des dépenses d’équipement, et le déficit primaire hors pétrole a atteint environ 29% du PIB hors pétrole, soit bien plus que son niveau viable à moyen terme qui est inférieur à 5% du PIB hors pétrole’’. Un peu plus loin, on peut lire que le PIB réel hors pétrole devrait progresser de 3% en 2009, porté, porté par les services. Une récolte plus favorable devrait réduire l’inflation à 4%. La baisse des prix pétroliers provoquera une nette détérioration du solde courant de la balance des paiements qui sera financée par une ponction sur les réserves de change. Le communiqué mentionne que dans ce contexte, l gouvernement et la mission ont entamé les entretiens sur un nouveau programme de référence pour la période allant d’avril à octobre 2009. L’élément central de ce programme sera l’élaboration d’un collectif budgétaire pour 2009 compte tenu de la forte baisse des recettes pétrolières en 2009 et du lent redressement des prix du pétrole qui est prévu en 2010 et au-delà.

cefod

Commenter cet article