Tchad: Paris donne à N'Djamena et Khartoum des informations sur l'offensive (paroles des menteurs)

Publié le par Waldar

Tchad: Paris donne à N'Djamena et Khartoum des informations sur l'offensive

PARIS - La France fournit à l'ONU, au Tchad et au Soudan des "éléments d'information", notamment des photos aériennes, sur des "faits incontestables" concernant l'offensive rebelle contre N'Djamena, a-t-on appris jeudi auprès des ministères de la Défense et des Affaires étrangères.

"L'action des forces françaises au Tchad consiste uniquement à apporter des renseignements à l'ensemble des acteurs engagés dans le processus de Doha et aux Nations unies", a déclaré le porte-parole du ministère Laurent Teisseire lors de son point de presse hebdomadaire.

"La démarche consiste, dans un effort de transparence, à donner des éléments factuels d'information à tous les acteurs concernés, notamment les Nations unies et la médiation ONU-Union africaine, pour que l'analyse de la situation soit fondée sur des faits incontestables, notamment des images aériennes", a précisé de son côté à l'AFP le porte-parole du Quai d'Orsay, Eric Chevallier.

Khartoum et N'Djamena s'accusent mutuellement de soutenir la rébellion de leur voisin. Ils ont signé dimanche à Doha, au Qatar, un accord en vue d'une réconciliation.

Dès le lendemain, des rebelles, accusés par Paris et N'Djamena de venir du Soudan, ont lancé une offensive visant à renverser le pouvoir du président Idriss Deby, dont le pays bénéficie d'une assistance militaire française.

Le Soudan de son côté nie tout lien avec cette offensive.

Le ministre de la Défense Hervé Morin avait jugé mercredi "préoccupante" l'incursion de rebelles dans l'est du Tchad, assurant que la France était "attentive" à l'évolution de la situation.

"Les forces françaises surveillent en permanence la situation", avait poursuivi M. Morin, précisant que "les avions français font de la surveillance comme ils en font régulièrement et en permanence".

Le moyens de renseignement sont "terrestres et aériens", a indiqué jeudi le capitaine de vaisseau Christophe Prazuck, de l'état-major des armées, rappelant que la France déployait six Mirage F1 dont trois F1-CR et un Atlantique 2, des appareils de reconnaissance.

Selon l'état-major, la France compte quelque 1.300 hommes au sein du dispositif Epervier, déployé au Tchad pour une mission de formation et d'assistance logistique et sanitaire à l'armée tchadienne.

Au titre de ce dispositif, les forces françaises mettent en oeuvre, outre les six Mirage F1 et l'Atlantique 2, un détachement d'hélicoptères de l'armée de terre, un appareil de ravitaillement en vol C-135 et trois Transall, des appareils de transport.

Paris a engagé par ailleurs 800 militaires dans la Mission de l'ONU au Tchad et en Centrafrique (Minurcat), principalement à Abéché et Forchana, ainsi qu'à Birao, en République centrafricaine.

Quelque 150 hommes se trouvent aussi au Tchad au titre de l'Eufor, l'opération européenne qui avait cédé la place à la Minurcat à la mi-mars. Ils sont en cours de désengagement, a précisé l'état-major.

(©AFP / 07 mai 2009 17h41)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article