La nervosité monte à Abéché: certains rebelles sont déjà infiltrés dans la ville d'Abéché

Publié le par Waldar

À l'Est, la tension monte

 


nordeclair:La nervosité monte à Abéché, la ville à l'Est du Tchad, après les combats qui ont opposé rebelles et armée tchadienne à une centaine de kilomètres. À N'Djamena, la population se prépare.




Pas de couvre-feu officiel pour le moment à Abéché mais, dans cette ville stratégique située à l'Est du Tchad, un agent travaillant pour la MINUCART (Mission des Nations Unies) assure « que les gens sont nerveux et ne tardent pas le soir dans les rues. À 20 heures, tout le monde est chez soi ». Les rumeurs vont bon train dans la ville où sont postés les sièges des plus grandes ONG venant en aide aux réfugiés du Darfour et aux déplacés tchadiens. « Tantôt on nous dit que les rebelles sont à 80 kilomètres, tantôt à 100 kilomètres. Nous pensons aussi que certains rebelles sont déjà infiltrés dans la ville d'Abéché ».
Les derniers combats entre les forces gouvernementales et l'UFR, l'alliance des neuf factions rebelles, se sont déroulés à plus de 100 kilomètres au sud d'Abéché près d'Am-Dam plus exactement et auraient, selon l'état-major tchadien, fait 125 morts parmi les rebelles et 21 parmi les militaires. Mais toujours selon le membre de la MINUCART, ces chiffres sont « une aberration. Je suis près de l'aéroport et je vois tous les blessés de l'armée tchadienne arriver pour être soignés à la base militaire française ou encore pour être évacués à l'hôpital général et je peux vous assurer que c'est effrayant. Alors il y a forcément beaucoup de morts du côté de l'armée tchadienne ».


Rebelles et forces gouvernementales s'attribuent de toute façon comme toujours la victoire. « Depuis peu, il y a également autour de l'aéroport un corridor humain », constate aussi l'agent supposant que cela permet de ne pas voir tous les dommages.
Depuis jeudi, cet agent de la MUNUCART explique aussi commencer à « réserver des billets pour un rapatriement éventuel des expatriés. Au cas où... ».
À 600 kilomètres d'Abéché, à la capitale N'Djaména, là-même où les rebelles étaient entrés en février 2008 pour tenter de renverser Idriss Déby, le président, la panique ne sévit pas encore. « Les gens sont calmes. En revanche, histoire de ne pas se retrouver sans provisions comme lors de la dernière attaque, la population fait la queue dans les banques pour y retirer son argent et achète de nombreuses denrées au marché » , rapporte Édouard Takadji, journaliste à l'hebdomadaire tchadien, L'Observateur.

nordeclair

Commenter cet article

ab 09/05/2009 13:24

ça vient de la redaction tchad vision...

ab 09/05/2009 13:23

Toute la journée d’avant-hier jeudi 07 mai et d’hier, vendredi 09 mai 2008, la bande du dictateur de N’Djamena a passé le clair de son temps à entretenir l’opinion publique tchadienne et internationale de prétendues victoires qu’elle aurait remportées sur les forces de la résistance. A en croire ses communicateurs qui ont à l’occasion fait preuve de leurs talents de manipulateurs, les bidasses fidèles à Idriss Deby Itno auraient tué 125 éléments de l’UFR, tandis que les troupes de la résistance n’auraient réussi à tuer que 25 éléments de ce qu’il lui reste de son troupeau de moutons de Panurge recrutés en majorité dans les rangs du MJE soudanais et d’autres mercenaires aussi d’origine africaine, puisque déserté presque quotidiennement par les soldats de nationalité tchadienne. La réalité est pourtant radicalement différente des élucubrations proférées par le clan qui, pour quelques jours encore, tient les rênes du pouvoir à N’Djamena. : En effet, même les forces de la résistance qui engrangent continuellement et au fil des jours des victoires tout simplement spectaculaires, accompagnées de nombreux ralliements de ceux qui il y a quelques semaines encore se trouvaient malgré eux dans le camp Deby, n’a pas eu cette outrecuidance d’avancer le nombre de miliciens de Deby qu’elles ont déjà tués ou qu’elles ont fait prisonniers. Pour deux raisons : - La première est que, en dehors des mercenaires, particulièrement nombreux du MJE Soudanais qui combattent pour Deby, le reste des éléments de sa milice sont des compatriotes. Or ce n’est pas de gaieté de cœur que l’on mène une guerre, avec ce qu’elle implique de pertes en vies humaines dans un camp comme dans l’autre. Qui plus est, une guerre contre quelques-uns de ses compatriotes qui ont délibérément fait le choix de se constituer en menace permanente contre la survie d’un peuple comme celui du Tchad, qui ne demande qu’à vivre librement et à jouir des richesses dont la nature l’a doté. Par conséquent, les responsables de l’UFR estiment qu’il n’y a pas de raison qu’ils célèbrent la mort des soldats de Deby qui ne tombent sur le champ de bataille que pour avoir suivi aveuglement ou bien parce que forcés de le faire, une clique de gangsters qui veut disposer du Tchad comme d’un bien familial ou disparaître avec ; - La deuxième raison est qu’en l’état actuel des affrontements, où les combats font rage et sont sans répit, personne ne peut raisonnablement affirmer s’être offert le luxe d’avoir suspendu lesdits combats pour se livrer à l’exercice de recensement, de dénombrement et d’identification des morts ainsi que des camps auxquels ils appartiennent. Le comble de la mesure est que pendant que le régime se complaît - à ses dépens - à des victoires par voie de presse, les vaillantes troupes de l’UFR réalisent cette victoire sur le terrain, où à ce jour elles prennent de sérieuses longueurs d’avance sur le régime, partout où elles passent, abattant ou confisquant au passage, de nombreux matériels de guerre. A suivre…

ab 09/05/2009 11:55

MES FRERES REVEILLEZ VOUS...L HONNEUR DU TCHAD DEPEND DE VOUS.

Mouhammadou Soubianou 09/05/2009 11:50

Compte tenu du comportement du gouvernement francais sur la crise tchadienne, je crois qu'il extrement urgent que l'UFR assume ses responsabilites en s'attaquant aux interets et ressortissants francais au Tchad.  La  France de Sarkozy fournit par des prises de vues aeriennes la position des combatants de l'UFR et l'aviation de Deby bombarde et tue ses valeureux combattants. Il faut les venger en tuant quelques francais. Elle retiendra certainement la lecon 

LaTaupe 09/05/2009 08:42

Wala!Da yinadou vrai article!Article Clean!La Liberation Continue!