La paix au Tchad passe par le dialogue, selon Goukouni Weddeye

Publié le par Waldar



PANA:L'ancien président du Tchad, Goukouni Weddeye, a fait part, lundi, de sa «très grande tristesse» au sujet des affrontements meurtriers entre armée régulière et rebelles tchadiens tout en réaffirmant l'urgence d'engager un dialogue politique inclusif.

Dans un communiqué rendu public à Paris, M. Weddeye, qui vit en exil à Alger, affirme que si on n'y prend garde le Tchad risque de basculer vers un conflit qui embrasera toute la sous-région d'Afrique centrale.

"Il est indispensable d'organiser un dialogue qui donnera à toutes les parties l'occasion de s'exprimer. Ce dialogue permettra en outre une analyse approfondie des problèmes récurrents qui bouleversent le Tchad", a estimé l'ancien chef de l'Etat, porteur d'une initiative de paix dite "Groupe de Libreville".

Plusieurs autres tentatives de règlement politique de la crise tchadienne, dont l'accord du 13 août 2007 et l'accord de Syrte du 25 octobre 2007, sont restées lettre morte. La Société civile tchadienne a récemment accusé, lors d'une tournée européenne, le président Déby de n'avoir rien fait pour favoriser une solution politique à la crise tchadienne.

"Le dialogue ne se fera pas sans difficulté et il semble évident que ce rassemblement risque de dégénérer en discussions stériles ou même en empoignades. C'est une crainte que nous devons outrepasser tant l'enjeu de la paix est important", a argumenté l'enjeu chef de l'Etat.

Selon lui, la survie du Tchad "vaut bien un effort de tous, quels que soient les griefs et les rancœurs des uns contre les autres".

"Le forum regroupera sans exclusion les délégués du régime en place, tous les représentants qualifiés des mouvements politico-militaires et des partis politiques et mouvements d'opposition, ainsi que les représentants des organisations de la société civile et les personnes ressources", a précisé M. Weddeye.

Il a, par ailleurs, souhaité que les participants au dialogue abordent sincèrement l'ensemble des causes qui nourrissent depuis près des 40 années les affrontements fratricides au Tchad.

"(…) Aucun régime [tchadien] ne s'est remis en cause, n'a pas pris en compte les moteurs des rébellions, leurs origines, leurs profondes motivations qui, selon leurs chefs, se justifiaient par des sentiments d'injustice, la coercition et les abus du pouvoir", a encore dit l'ancien chef de l'Etat.

Commenter cet article

tchaien 12/05/2009 08:56

pour vous dire que je  ne serrerai jamais  la main du dictateur sanguinaire de la francafrique Oumar Bongo

tchadien 12/05/2009 08:52

Pardon  mr le president,gardez vous votre dignite,votre image que de se lancer dans des langages francafricaines.vous etes vraiment conscient de ce que vous dites? quelle destablisation de la sous region dont vous parliez? le tchad  en guerre depuis plus de 40 ans ,quelle sous region a ete destablise? Il ne faut pas avoir la memoire courte.quand vous meme vous luttiez la francafrique vous qualifiaient des ligions slamique au solde de la libye pour deatabliser le tchad et toute la sous region. aujourd'hui ces meme chanssons contre la resistance nationale. Si moi ,j'etais a votre place je serrerai la main du dictateur  Oumar Bongo du Gabon.

korei+djimi 12/05/2009 02:13

Mon cher grand-frère Goukouni Weddey,vous faîtes comme si vous ignorez les causes des guerres fratricides que vous-même en tant que leader aviez participé presque toute votre vie ! Alors essayez de revoir,de quoi exactement vous parlez ?Pour nous,les vraies causes de non seulement le malheur du Tchad mais de toute l'Afrique c'est la France ! Qui est capable de dire le contraire ? Pourquoi tout le monde contourne ce gangrène ? Pourquoi ne modifie-t-on pas la constitution en France pour un troisième mandat présidentiel ? Vous,mon cher frère,vous parlez de rancoeurs entre tchadiens ! Si vous voulez que la paix revienne au Tchad,au Soudan,en RCA,en Libye,au Niger,etc, il faut que la France sorte definitivement du Tchad avant tout !