Le Soudan réitère son engagement au bon voisinage avec le Tchad

Publié le par Waldar

  KHARTOUM,(Xinhua) -- Le Soudan a réitéré samedi son  engagement aux accords de bon voisinage signé avec le gouvernement tchadien, estimant qu'il ne sera pas entraîné dans une  confrontation militaire avec son voisin de l'ouest.  

     "Ce qui a été fait par le Tchad était une démarche de  provocation destinée à entraîner le Soudan dans un nouveau front  de guerre ouverte," a indiqué Osman al-Aghbash, porte-parole des  Forces armées soudanaises (SAF).  

     "Nous, les forces armées, sommes engagés (à respecter) les  accords signés avec la partie tchadienne, et nous croyons que le  différend peut être résolu par des accords, par par des  affrontements," a confié aux journalistes le porte-parole.  

     Il a révelé le déploiement des unités militaires de la SAF sur  la frontière soudano-tchadienne pour surveiller la situation,  ajoutant: "Nous nous reservons le droit de protéger les  territoires soudanais et empêcher toute nouvelle violation."  

     Le porte-parole a souligné que la partie soudanaise était  engagée dans le respect des décisions de l'Union africaine, qui  ont prévu la formation d'un mécanisme de surveillance de la  frontière commune entre les deux pays, ajoutant que la partie  tchadienne a, toutefois, reclamé un nouveau mécanisme supervisé  par les Nations unies.  

     Entre temps, le conseiller du président soudanais, Abdullah  Masar, a aussi réitéré le respect des accords de bon voisinage  avec le voisin tchadien par le gouvernement soudanais en dépit de  la récente provocation à travers le bombardement des régions de la région occidentale soudanaise du Darfour.  

     Le gouvernement soudanais a accusé samedi le Tchad de lancer  une troisième attaque aérienne sur le territoire soudanais du  Darfour en deux jours. Le gouvernement tchadien n'a pas réagi à  l'accusation.  

     Dans l'accord de réconciliation signé à Doha, qui était le  troisième entre les deux voisins, Khartoum et Ndjamena ont promis  de renforcer le contrôle à la frontière pour empêcher  l'infiltration des rebelles tchadiens à partir du Soudan et  soudanais depuis le Tchad.

Commenter cet article