Le Soudan accuse le Tchad d'avoir mené une troisième attaque aérienne en deux jours

Publié le par Waldar

KHARTOUM,(Xinhua) -- Le gouvernement soudanais a accusé le Tchad voisin d'avoir lancé une offensive aérienne sur son  territoire, ce qui est la troisième frappe aérienne contre des  cibles dans la région soudanaise agitée du Darfour en deux jours.  

     "Il y a eu une autre frappe aérienne aux environs de 10h00 du  matin (07h00 GMT)", a indiqué Ali Youssef Ahmed, directeur du  protocole au ministère soudanais des Affaires étrangères.  

     "Cette agression continue (et) elle rend la situation plus  grave", a-t-il ajouté.  

     Vendredi, trois avions tchadiens ont bombardé la région de  Jabel Sandu, au sud de Geneina, qui se situe à 60km environ à  l'intérieur du Soudan.  

     Les avions tchadiens ont mené des raids deux fois dans la  région, le premier à 10h00 et le second à 13h30 heure locale, a  rapporté l'agence de presse officielle SUNA.  

     Au cours d'une rencontre vendredi dans l'après-midi, le  ministère soudanais des Affaires étrangères a informé les  représentants diplomatiques de la Chine, de la France, du Royaume  Uni et des Etats-Unis, des tous récents développements sur le  terrain suite à deux frappes aériennes de l'aviation tchadienne.  

     Les représentants de l'ONU, de l'Union africaine et de la Ligue arabe et l'ambassadeur libyen ont aussi pris part à la réunion.  

     Ali Youssef, également sous-secrétaire par intérim au ministère soudanais des Affaires étrangères, a confié aux journalistes avoir informé les diplomates à la rencontre que l'agression tchadienne  était une sérieuse menace à la paix et à la sécurité dans la  région.  

     Toujours vendredi, le ministère soudanais des AE a convoqué  l'ambassadeur tchadien à Khartoum pour protester contre la " violation flagrante de la souveraineté et de l'intégrité  territoriale soudanaises". 

     Le ministère soudanais des AE a aussi indiqué qu'il informerait le gouvernement du Qatar, médiateur lors du tout récent accord de  réconciliation entre Khartoum et N'Djamena, des frappes aériennes  tchadiennes.  

     Le 8 mai, le Tchad et le Soudan se sont mutuellement accusés de soutenir les rebellions déterminées à renverser leurs  gouvernements respectifs. Les deux pays ont rétabli les relations  diplomatiques en novembre après six mois de dispute au sujet des  accusations mutuelles de soutien aux différentes rébellions.

Commenter cet article