La santé se dégrade au Tchad

Publié le par Waldar

La santé se dégrade au Tchad

Dans une interview accordée par le ministre de la Santé Publique, Dr Ngombaye Djaïbé à N’Djaména bi-hebdo, l’on apprend qu’en attendant la construction de l’hôpital de la mère et de l’enfant, le taux de mortalité maternelle est à 1099 décès pour 100 000 naissances contre 827 décès il y a 10 ans. Indicateur très visible de la dégradation du système de santé au Tchad, en déduit le bi-hebdo. Le journal révèle par ailleurs qu’à partir du 1er juillet 2009, le pavillon des urgences de l’Hôpital général de référence nationale n’accueillera plus les patients. Le ministère de la Santé publique qui a annoncé cette fermeture n’a pris le soin d’indiquer la durée de cette réfection, constate le bi-hebdo. Il a simplement orienté les patients vers les hôpitaux de district de N’Djaména, invités à organiser des services de garde de nuit. La décision de fermer complètement le pavillon des urgences et de mettre son personnel en congé n’est pas très bien réfléchie car tout médecin n’est pas urgentiste, estime le journal qui propose de trouver une aile de l’hôpital pour abriter le pavillon des urgences que de se passer de ses services tout simplement parce qu’il n’y a plus de salle.

Cefod

Commenter cet article