Le Soudan se dit prêt à la paix comme à la guerre

Publié le par Waldar

Raids tchadiens: le Soudan se dit prêt à la paix comme à la guerre

KHARTOUM - Le Soudan a affirmé dimanche qu'il restait attaché à la paix avec le Tchad, trois jours après avoir accusé son voisin d'avoir mené des raids sur son territoire, tout en avertissant qu'il ne resterait pas sans réagir s'il était menacé.

Khartoum a affirmé jeudi que deux avions tchadiens avaient bombardé la région d'Umm Dukhun, située dans l'ouest de la région soudanaise du Darfour. N'Djamena a démenti avoir visé le territoire soudanais, disant avoir bombardé des positions rebelles au Tchad.

"Le Soudan n'a aucun intérêt à saper la sécurité du Tchad", a déclaré le ministre d'Etat soudanais aux Affaires étrangères Al-Samani al-Wassila, cité par l'agence officielle Suna, ajoutant que le Soudan restait attaché à respecter "tous les accords signés avec le Tchad".

Mais il a aussi averti N'Djamena que le Soudan ne resterait pas sans rien faire "si ses intérêts et ses citoyens étaient atteints".

Le Soudan n'a pas fait état de victimes après les raids présumés. Le Centre de presse soudanais, considéré comme proche des services de renseignements, a indiqué que les activités commerciales entre les deux pays avaient été interrompues.

Pour leur part, les rebelles tchadiens de l'Union des forces pour la résistance (UFR, coalition des huit plus importantes factions rebelles tchadiennes) ont fait état de raids de l'aviation tchadienne "dans le secteur de la ville tchadienne de Tissi", ajoutant que plusieurs civils avaient été tués, une information qu'il n'a pas été possible de vérifier.

Le chef de la mission de l'ONU et de l'Union africaine au Darfour (Minuad), Rodolphe Adada, s'est dit "profondément inquiet" après les informations sur "une nouvelle éruption de violences". Il a appelé les deux parties à "mettre fin à toute activité hostile dans le secteur".

"La tension actuelle continue d'être l'un des principaux obstacles à la paix et à la sécurité au Darfour", en guerre civile depuis 2003, a dit M. Adada dans un communiqué vendredi.

"De bonnes relations entre le Tchad et le Soudan sont un élément-clé pour assurer une paix durable dans la région", a-t-il ajouté.

Le Tchad accuse depuis des années le Soudan de soutenir une rébellion qui chercherait à renverser son président Idriss Deby Itno. De son côté, Khartoum accuse le Tchad de soutenir des ethnies minoritaires au Darfour.

Le 4 mai, l'UFR avait lancé une offensive à partir du Darfour, repoussée par l'armée tchadienne au terme de violents combats.

AFP 

Commenter cet article