Les bavures d’Ahmat Hassaballah Soubiane !

Publié le par Waldar


Les bavures d’Ahmat Hassaballah Soubiane !

                    A BAS LES TRAÎTRES !


Selon nos dernières informations, plusieurs cadres politiques et militaires  de Soubiane  ont décidé à l'unanimité, la poursuite de la lutte armée et réaffirment leur attachement aux objectifs politiques et militaires de la Resistance Nationale. Pour ne pas oublier leurs martyrs, les camarades Bachir Fayig, Ahmat Dourbane, et plusieurs cadres se   désolidarisent  de leur Chef Ahmat Soubiane, accusé de trahison pour avoir signé un accord de « paix » avec le  dictateur Idriss Deby. Soubiane s’est montré un homme sans personnalité devant Deby, ce dernier  lui octroyant trois postes : le ministère de l’intérieur, un secrétariat d’état et un poste dans l’armée. Les trois postes ne combleront jamais  les vides de nos martyres, et les calvaires des veuves, et nos orphelins. 

Les  fantoches, lâchement vécus, relégués au rang des traitres, le peuple vous lâchera à la merci du vent du déshonneur qui vous emportera au large et vous laissera mourir sans glas de votre propre mort. Pour nos martyrs, ceux qui ont payé de leur vie pour notre liberté, nous devons sécher nos larmes et stoïquement empêcher à jamais que cette dictature s’épanouira. La liberté n’est pas gratuite’.

Nos martyres et les anonymes  sont  morts pour avoir refusé la dictature jusqu’à la lie, souhaitons vivement qu’ils fassent des émules salvateurs de notre Patrie. Ces émules survivront en héros et trinqueront ensemble avec le peuple dans l’allégresse retrouvée, dans un Tchad nouveau débarrassé à tout jamais du dictateur sanguinaire. Mais, pour en arriver là, nous devons nous débarrasser des espions comme Soubiane et ses traitres  qui ont hypothéqué l’avenir de la Resistance.  Même si la misère persistante due à ce régime satanique a étouffé dans l’esprit de certains l’aspiration à la liberté, notre seule perspective salutaire est le départ de la  dictature. Son départ et l’instauration de la démocratie dans notre pays vont de pair. Nous ne devons plus attendre, le temps joue contre l’avenir de notre peuple. La stratégie de terreur de ce régime contre nature ne peut tenir en otage indéfiniment notre liberté. N’oublions surtout pas que le mal qui n’est pas vaincu par l’amour succombe au mal.

S’opposer à un régime tel que celui du Tchad, c’est refuser l’arbitraire, l’injustice crue, la soumission. S’opposer à ce régime, c’est rejeter l’irrationnel, l’hégémonie oligarchique. Dire non à ce régime, c’est la recherche d’un Tchad aux tchadiens. C’est dur à comprendre pour certains malheureusement. Une lutte de cette envergure ne peut et ne pourra être confondue aux calculs mesquins des agents commissionnaires du pouvoir. Le mouvement est désormais une poussée de masses. Une obligation salvatrice au prix de sang.

Vive la Resistance Nationale

Un restant à l’Est du Tchad

Annadif-Alghazal

Commenter cet article