Au secours le Tchad s'enfonce !

Publié le par Waldar




Au secours le Tchad s'enfonce !

par Rokoulmian Yorongar Le Moiban et Evariste Nodjioutengar Djimasde, le 2 mai 2006.
« Peut-on encore sauver le Tchad ? » s'interrogeait feu Ngagbé Kosnaye dans son livre paru en
janvier 1984 chez Karthala.
Neuf mois après, en sa qualité de chef d'état major général des armées sous le régime d'Hissène Habré, Idriss Deby
mettra le feu au sud du pays : c'était le septembre noir, carnage sans précédent dont se souviennent les tchadiens de
tout bord. Le 1er avril 1989 avec ses cousins et complices Hassan Djamous et Brahim Itno, Idriss Deby Itno tente de
mettre fin au règne dictatorial de Hissène Habré. L'action du 1er avril va échouer, et des trois chefs, seul Idriss Deby
Itno réussi à atteindre le Darfour soudanais. Le premier décembre 1990 lorsque Idriss Déby Itno, à la tête d'une colonne
hétéroclite, avec la bénédiction de la France de même que l'appui logistique du Soudan et de la Libye s'empare du
pouvoir en chassant Hissène Habré ; nombreux sont les Tchadiens qui ont cru, avec ce changement, en l'instauration
d'une paix durable.
En effet l'homme fort du 1er décembre s'empresse de donner des gages de bonne volonté à la communauté
internationale, de même qu'à la population toute entière en proclamant haut et fort qu'il n'apportait "ni or ni argent mais
la liberté", comme pour se racheter des atrocités commises sous le règne d'Hissène Habré d'une part et rassurer d'autre
part, ses compatriotes comme Ngagbé Kosnaye Michel, que le Tchad peut encore être sauvé.
Cependant, force est de constater 16 ans après que Mr Idriss Déby Itno, n'a tenu aucune de ses promesses. Il n'y a
certes ni or, ni argent, moins encore la liberté et la démocratie - deux valeurs pour lesquelles, semble-t-il, il a été obligé
à prendre les armes. N'est-ce pas que la devise de son Mouvement Patriotique du Salut (MPS), est « Mourir pour le
salut » ? Mais de quel salut s'agit-il. Seize après la prise du pouvoir par le MPS, le Tchad est loin de sortir du cercle
vicieux de la violence, de l'insécurité, de la corruption, de l'injustice, bref de la mauvaise gouvernance endémique, avec
un clan qui s'accapare toutes les richesses du pays, laissant l'écrasante majorité de la population croupir dans la
pauvreté - que disons-nous -, dans la misère la plus totale. Idriss Deby Itno seize ans après : quel bilan et que peut-on
attendre de cet homme qui, malgré l'opposition des partis politiques, de la société civile et de certains partenaires
extérieurs, s'obstine à briguer un troisième mandat - avec la bénédiction de la France - ?
Le seul élément qu'on pourrait mettre à son actif est l'effectivité de l'exploitation du pétrole tchadien. Là aussi, l'actif n'est
pas exempt de critique. Négociés par des amateurs véreux et pour la plupart proches du clan, le pétrole tchadien a été
selon plusieurs observateurs bradés. Pire : des 399 millions de dollars généréspar la vente de 134 millions de barils
(jusqu'au 31 décembre 2005, d'après la Banque Mondiale), plus de la moitié s'est volatilisée, pour ne pas dire a été
utilisée pour l'achat des armes, alors que cet argent devrait être employé dans les secteurs prioritaires de
développement. Pour justifier cette violation des accords signés avec la banque mondiale, Idriss Deby Itno disait à qui
veut l'entendre « qui veut la paix prépare la guerre ».
Et le passif est bien lourd. De la Conférence Nationale Souveraine ( ?) jusqu'au référendum portant modification de la
Constitution, en passant par les accords de paix, les états généraux de l'éducation, de la justice, et de l'armée, des
grands rendez-vous que les tchadiens se sont donnés sous le régime de Idriss Deby Itno, n'ont été que des moments
d'échecs, de déceptions et des dépenses. Que peut-on attendre d'une assise dès lors que le choix des participants doit
répondre aux critères posés par le Prince et que les résultats des travaux doivent être soumis à son approbation ? Des
accords de paix on en garde que des mauvais souvenirs. Abbas Koty, Loaukein Bardé, Ketté Nodji Moise et bien
d'autres qui ont osé prendre la main tendue du Président « démocratiquement élu », ne sont plus de ce monde.


Idriss Deby Itno s'était engagé à remettre l'administration en marche et assurer la bonne gouvernance avec la fameuse
formule «la kermesse du désordre est terminée », le 08 aout 2001, lors de son investiture. Là encore nous devons
déchanter. L'administration est gangrénée d'analphabètes jusqu'aux plus hautes sphères de l'Etat. La corruption s'est
généralisée, la douane est sous la coupe réglée de la famille Itno et le trésor public confondu aux comptes du chef de
l'Etat. Ce ne sont pas les différents ministres de l'économie et des finances depuis 16 ans qui démentirons.
L'éducation nationale et supérieure redéfini par Tom Erdimi reflètent également tous les maux de la société. Au Tchad
on forme des enseignants, médecins, administrateurs, juristes etc. au prorata du bon vouloir de ceux qui nous
gouvernent, les listes des admissions aux concours sont préétablis à la Présidence où l'on place les membres de la
famille, puis vient le tour de ceux qui gravitent autour du président ainsi de suite, finalement il ne reste que les miettes
pour la grande majorité, pauvre, studieuse et silencieuse.
L'armée n'est nationale que de nom. Elle est en réalité une armée clanique au seul service du prince. Elle forme une
pyramide renversée ou il y a plus d'officiers supérieurs que d'hommes de rang afin de récompenser les cousins et
autres sous-fifres.
La justice, pierre angulaire d'une société démocratique et gage de l'Etat de droit, chancèle au point qu'on parle de la «
balance qui balance ». Certains magistrats sont choisis en fonction de leur appartenance politique, d'autres menacés ou
confrontés aux réalités quotidiennes cèdent facilement à la corruption. Le premier d'entre eux, Idriss Deby Itno
lui-même, s'est déclaré peiné par la situation lors des états généraux de la justice. Et pourtant, devrait lui répliquer le
président du Syndicat des magistrats, Monsieur Abdoulaye Cheick, vous avez « distribué des billets des banques et des
véhicules aux magistrats de la Cour d'appel de Ndjaména, pour valider les élections de 1996 ». Que peut espérer le
citoyen lambda d'une telle justice ?
Au Tchad les consultations électorales se suivent et se ressemblent au gré des tripatouillages constitutionnels de même
qu'à la volonté d'Idriss Deby Itno de s'accrocher coûte que coûte et vaille que vaille à la tête de l'état ad vitae aeternam.
Il déclare à Jaques Chirac, en visite de travail à Ndjaména en septembre 2002, la main sur le cSur, de respecter la
Constitution en ne se présentant pas aux prochaines échéances. Trois ans plus tard il change d'avis et imite la plupart
de ses pairs de la Francafrique en la révisant. Là aussi, la bénédiction de la France n'a pas fait défaut.
En effet présente au Tchad depuis plusieurs décennies la France, pour ses intérêts géostratégiques, n'a cessé
d'apporter son soutien diplomatique, militaire et politique au régime d'Idriss Déby Itno.
Le Tchad, pour les anciens de la Coloniale et de certain milieu gaulliste, représente le point de départ de la fameuse
division Leclerc qui s'illustra fort bien durant la libération de la France. Ils considèrent le Tchad comme une ligne
Maginot censée empêcher ces anciennes colonies du centre et de l'ouest africain de tomber sous le joug américain, voir
arabo-islamiste. C'est dire que l'intervention militaire française au Tchad ne date pas d'aujourd'hui. En effet, l'accord de
coopération militaire entre le Tchad et la France, signé en 1976, permet à la France de disposer d'une importante base
militaire à Ndjaména. On compte à nos jours environ 1200 soldats français. L'apport de cette présence militaire a été
déterminant dans l'échec du coup de force des rebelles du FUC du 13 avril dernier.
Il convient de rappeler qu'en 1990, la France n'avait pas juger utile de répondre aux sollicitations d'Hissène Habré quant
à l'application de ces accords afin de repousser le rebelle qu'était à l'époque Idriss Déby Itno. Deux poids, deux
mesures.
Fort de ce soutien de la France, Idriss Deby Itno prétend s'ériger en véritable parrain de la sous-région et joue au
pyromane chez ses voisins. Après l'envoie de troupes au Rwanda (opération Turquoise) et en République démocratique
du Congo, il s'est illustré au Congo aux cotés de Denis Sassou Nguesso en 1997, chasse Ange Félix Patassé et installe
à sa place François Bozizé à la tête de l'Etat centrafricain en 2003 avant de se retourner contre son grand voisin le

Soudan. Là, il a dû faire face à une farouche résistance. La crise actuelle que traverse le Darfour avec ses milliers de
morts, déplacés et refugiés, trouve en partie ses sources à la présidence de la république à Ndjaména.
Il convient de rappeler que c'est du même Darfour soudanais, qu'Idriss Déby Itno a entamé sa marche sur Ndjaména en
1990, qu'est venu la tempête qui a failli l'emporter.
Aujourd'hui, les adversaires d'Idriss Deby Itno ne sont plus ces fidèles insatisfaits du partage du gâteau tels que Tom et
Timane Erdimi, l'ancien ambassadeur du Tchad aux Etats-Unis Soubiane Hassaballah alias Bavure, ni même ses
quatre adversaires choisis pour l'accompagner à l'élection le 03 mai 2006 (Kassiré Koumakoye, Albert Pahimi Padake,
Mahamat Abdoulaye et Ibrahim Koulamallah, tous membres ou ayant des représentants dans l'actuel gouvernement),
mais, le peuple Tchadien dans son ensemble. Ces millions d'hommes et de femmes violées, meurtri, trahis, affamés,
révoltés, mais dociles, qui se résignent à suivre le mot d'ordre de la société civile en boycottant l'élection présidentielle.
En effet, contrairement aux usages, la campagne n'a suscité aucun engouement, l'insécurité est tel dans le pays que les
différents candidats à l'élection présidentielle, y compris Idriss Déby Itno ne s'aventurent pas en dehors de la capitale.
En toute évidence, le décor est planté pour un règne sans fin d'Idriss Deby Itno. L'appel à un dialogue de tous les
Tchadiens lancés par la société civile et repris par la plupart des acteurs politiques de même qu'une partie de la
communauté internationale semble inaudible aux oreilles de Déby et de la France. Aujourd'hui plus que jamais le Tchad
est dans un bourbier et s'enfonce davantage. Peut-on encore le sauver ? La question est plus qu'actuelle. Les
Tchadiens et toute la communauté internationale doivent se mobiliser pour éviter une explosion de la sous-région
comparable à la crise des Grands Lacs. En tout cas, nous avons des raisons évidentes de nous inquiéter, sans être
pessimistes. Il appartient donc à la France présente au Tchad depuis plusieurs décennies de revoir sa politique et
d'Suvrer pour une paix durable dans ce pays qui, pour mémoire est l'un des premiers à répondre présent à l'appel du 18 juin. Nous nous souvenons encore du serment de Koufra.

Commenter cet article