Israël déstabilise l'Afrique par ses ambassades: Kadhafi

Publié le par Waldar

Tripoli, Libye - Le guide libyen, président en exercice de l'Union africaine, Mouammar Kadhafi, a accusé l'Etat d'Israël "d'utiliser ses ambassades installées en Afrique pour déstabiliser le continent", lundi à Tripoli, en Libye, à l'ouverture de la session spéciale de l'Union africaine sur les conflits.

"Les ambassades d'Israël en Afrique sont des gangs qui cherchent des alliances avec des minorités pour perturber notre continent", a souligné Mouammar Kadhafi. C'est la raison pour laquelle il a demandé la fermeture de toutes les ambassades en Afrique pour réduire les foyers de tension dans le continent.

Pour étayer ses accusations, le guide libyen prend comme exemple le cas du chef du Mouvement de libération du Soudan (SLM), Abdel Wahid al-Nour. "Il est reconnu et appuyé par Israël qui lui a permis d'ouvrir un bureau à Tel Aviv", déclare-t-il, accusant la France de protéger le chef du SLM.

On rappelle que le chef du SLM réside depuis plusieurs années en France où il continue de diriger la lutte contre le régime du Soudan.

Plus généralement, Mouammar Kadhafi a accusé, dans son discours d'ouverture, les grandes puissances de s'ingérer dans le règlement des conflits en Afrique pour mettre la main sur les richesses.

Il voit ainsi dans la perpétuation du conflit au Soudan la main de ces puissances étrangères dont le seul but est de s'accaparer du pétrole.

"La Libye a aussi souffert parce qu'elle dispose du pétrole et du gaz, alors que le Golfe de Guinée suscite des convoitises", déclare- t-il.

Revenant sur les tensions en Afrique, le guide libyen en a dressé deux types: la guerre entre deux Etats et les tensions internes. S'il est difficile de s'ingérer sur les conflits internes, il revient à l'Union africaine de tout faire pour mettre un terme aux batailles entre deux Etats, fait observer le guide libyen.

Mais l'Ethiopie et l'Erythrée ne veulent pas que l'Union africaine se saisisse de leur conflit qui dure depuis des années. Les deux pays se sont entendus pour demander à l'Union africaine de ne pas inscrire cette question à cette présente session, a révélé Mouammar Kadhafi.

Pour autant l'Union africaine n'entend pas baisser les bras pour tenter de trouver une solution à ce problème. Si la tension reste vive entre les deux pays, le spectre de la guerre s'est quelque peu éloigné, constate le président en exercice de l'Union africaine.

Des progrès ont été réalisés en Afrique, où les Africains tentent eux-mêmes de régler leurs problèmes, selon le tableau qu'il dresse des conflits en Afrique. L'ordre constitutionnel est revenu en Mauritanie après l'organisation d'élections jugées transparentes par la communauté internationale, alors qu'en Côte d'Ivoire des élections sont prévues en novembre prochain pour consacrer définitivement le retour à la paix.

De même, la situation s'est normalisée en République démocratique du Congo qui a fait la paix avec le Rwanda voisin. Les deux pays conjuguent leurs efforts pour lutter contre les rébellions.

Pour le guide Kadhafi, le devoir de l'UA est de régler le conflit entre le Tchad et le Soudan, même si les problèmes frontaliers ne sont pas la cause du problème. Dans chaque pays, il existe des mouvements de libération qui attisent le feu, fait-il remarquer.

Tripoli - 31/08/2009

Par Ousseynou Guèye, Envoyé spécial de la PANA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article