Le président Déby fait du lobbying à l’Assemblé Général de l’ONU

Publié le par Waldar



En marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York, le président de la République  a accordé plusieurs audiences à des personnalités étrangères. Une véritable opération de charme. Le premier sur la liste  était le conseiller aux affaires africaines de la cellule diplomatique de l’Elysée, André Parent. Au centre de l’entretien, le renforcement des relations entre Paris et N’Djaména. Le diplomate français a salué les efforts du numéro un Tchadien qui “joue un rôle important dans l’échiquier sous régional”. André Parent a réaffirmé aussi  l’appui de Paris à l’Accord politique du 13 août, qui devrait déboucher sur des élections  libres et transparentes, et dont le président de la République est le garant.  Par Eric Tapona, journaliste de la Voix.

La sous-secrétaire d’Etat américaine Jony Carson,  est venue  réitérer le souci de l’administration américaine de renforcer les relations entre Washington et N’Djaména : “Notre souci, c’est la stabilisation de l’Afrique, et particulièrement du Tchad.“

Avec Dominique Strauss-Kahn, le Directeur général du Fonds monétaire international (Fmi), le président s’est engagé à améliorer la politique budgétaire et la gestion des finances publiques.  Comme pour joindre l’acte à la parole, les deux parties ont signé un accord de référence d’avril à octobre 2009. Ce programme de référence s’appuie sur l’exécution d’un budget révisé pour 2009 afin de prendre en compte la baisse des recettes pétrolières. Une évaluation de ce programme sera fait à la fin du mois de septembre 2009.

Quant à la Directrice Générale de la Banque mondiale, Ngozi Ohonjo, elle s’est félicitée  de ce que le Tchad et son institution ont renoué le fil du dialogue, après une brouille née  du non- respect par les autorités tchadiennes de la loi portant sur l’affectation des revenus pétroliers aux générations futures. Ngozi Ohonjo souhaite que cette bonne entente se poursuive, pour que la réduction de la pauvreté soit effective au Tchad.

L’envoyé spécial du président Obama au Darfour a sollicité le soutien du président Déby pour  la résolution de la crise dans cette région soudanaise en proie à une insécurité chronique. Le Général Drakson est convaincu du caractère cardinal de l’apport du chef de l’Etat dans la résolution du conflit : “Vous avez un rôle important à jouer aux côtés des Etats-Unis, pour mettre fin à cette tragédie.” La série d’audiences a été bouclée par la rencontre avec le personnel de la mission permanente du Tchad à New York, dirigée par Ahmat Alla Mi, ancien chef de la diplomatie tchadienne. Une occasion pour le diplomate de présenter les difficultés auxquelles est confronté le personnel diplomatique, au chef de l’Etat. Idriss Déby a indiqué que le Tchad doit faire entendre sa voix sur l’échiquier international ; il a promis que la diplomatie tchadienne va retrouver ses lettres de noblesse.

Le président de la République a profité de cette Assemblée générale pour mener une véritable opération de charme destinée à rendre son régime sexy. Les yeux doux que la diplomatie américaine et la Banque mondiale lui ont faits à l’occasion, montrent qu’il a réussi son coup.

Eric Topona
la voix
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article