Ambassade du Tchad à Genève: Monsieur l'ambassadeur soyez un peu raisonnable

Publié le par Waldar

 

Ambassade du Tchad à Genève : Monsieur Bamanga soyez un peu raisonnable

 

 

C’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai lu la comparaison assez édifiante faite par Talha Mahamat Alim des défaillances relevées par la presse suisse en ce qui concerne la direction du développement et de la coopération suisse au Tchad avec celles de l’ambassade du Tchad à Genève. on observe que des mesures ont été prises par la Suisse pour remédier à cette situation alors que celles du Tchad sont toujours dans l’attente. Mais cela n’est pas le sujet sur lequel j’aimerais vous entretenir.


Ce que je voudrais relever ici, c’est le développement chez l’ambassadeur du Tchad à Genève d’un « nombrilisme » préjudiciable à l’image du Tchad, à la communauté tchadienne en Suisse et à la notoriété que cherche à acquérir la diplomatie tchadienne. Je considère qu’il ne faut pas entretenir une naïveté politique qui rend sourd aux arguments objectifs et s’oriente lentement vers un délitement de nos capacités respectives d’échanges constructifs et féconds.


En effet, monsieur Bamanga ne cesse de suspecter les tchadiens de Suisse en contact avec notre compatriote Talha de militants ou sympathisants de la rébellion. Avec qui il est ? quels sont ses contacts ? qui lui a rendu visite ? ou était-il ?

En réalité, de quoi l’ambassadeur du Tchad à Genève a-t-il peur ? pourquoi cette fragilité ?


Franchement, notre ambassadeur ferait mieux d’aller servir à l’Est du Tchad entre Adré et Goz Beida, il rendra ainsi un grand service au Chef de l’Etat et à son gouvernement. Au cœur des instances internationales des droits de l’homme à Genève, on croirait au Tchad dans une époque à jamais révolue, l’époque de la triste DDS, quel paradoxe ? Quel beau service rendu au camp adverse ! M. Bamanga se trompe lourdement des cibles et ses attitudes deviennent insupportables pour nous tchadiens de Suisse. Je crois qu’il ferait mieux d’intimider par ses discours ses collaborateurs directs que la petite colonie tchadienne en Suisse qui est paisible, sereine et dynamique dans sa contribution multiforme pour le Tchad.


Qu’il remercie le Seigneur et M. Timane Erdimi par le canal des intermédiaires « ruskof », càd les anciens étudiants tchadiens en Russie dont certains sont décédés, paix à leurs âmes, d’être dans un lieu ou aucun de ses compatriotes ne vienne lui demander quoi que ce soit. Il fait ce qu’il veut, tout en sachant qu’il rendra de compte un jour à la collectivité nationale en tant que responsable d’un servie public, même s’il est aujourd’hui sourd aux remarques et observations des tchadiens de Suisse. M. l’ambassadeur, face à cette atmosphère délétère et pour clarifier cette situation de suspicion, j’espère que vous organiserez une rencontre avec la colonie tchadienne en Suisse et vous nous en entendrez directement et officiellement tout en soutenant notre compatriote Talha dans sa démarche constructive pour le Tchad. Cette diplomatie de la proximité et de l’échange direct avec ses compatriotes me paraît une démarche intéressante et constructive. M. l’ambassadeur, il faut apprendre à réapprendre le sens de la diplomatie, le sens de la confiance en soi et en autrui. Cela demande des efforts importants qu’il serait impératif de le faire.


Tous les tchadiens de Suisse connaissent notre compatriote Talha avant la réouverture de l’ambassade et votre arrivée à Genève. Ce n’est pas aujourd’hui qu’ils vont se distancer de lui à cause des accusations farfelues, infondées et hypocrites. J’insiste avec force que notre compatriote Talha fait partie des tchadiens au-delà de multiples services qu’il rend à ses compatriotes en Suisse et qu’il continue de le faire hier comme aujourd’hui, est un père de famille responsable, respectable et digne. Malgré la situation sociale dans laquelle lui et sa famille se trouve depuis un an, il n’a de cesse assumer son rôle de chef de famille et de citoyen actif avec responsabilité et dignité au service de son pays. C’est pourquoi, je lui dois ici tout mon respect. Je vous exprime également ma compassion et ma solidarité ainsi que mes souhaits de prompt rétablissement à votre fils qui vient de subir une opération. Comme vos collègues africains l’ont exprimé lors d’une rencontre à laquelle j’ai eu l’honneur de prendre part, nous, en tant que tchadiens, sommes fier de vous et de vos qualités humaines, professionnelles et spirituelles.


Cher compatriote Talha Mahamat Alim, continuez votre engagement citoyen, vos efforts de clarification et de communication, votre résistance aux injustices, aux mensonges politiques avec détermination et sagesse comme vous l’avez toujours faits. L’avenir appartient à ceux qui luttent dignement et qui font preuve de réconciliation au nom de la dignité humaine, des droits humains et de la justice souvent bafoués sur l’autel des calculs politiciens, des intérêts égoïstes et de l’hypocrisie pousser à l’extrême. La vie n’est pas éternelle, encore moins le poste de responsabilité publique.

Mahamat Abdallah

Suisse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article