COMMUNIQUE DE PRESSE DE L'UFR

Publié le par Waldar

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

Les accords de paix entre le Soudan et sa rebellion armée d'une part et l'amélioration des relations entre les gouvernements tchadiens et Soudanais de l'autre, démontrent à l'opinion nationale et internationale que le conflit interne qui oppose les tchadiens n'est en aucun cas lié à l'évolution des relations tchado-soudanaises.

 

L'UFR a toujours affirmé que le conflit du Tchad est la conséquence dramatique de la confiscation du pouvoir par Idriss Deby qui a rendu impossible toute évolution démocratique dans le pays. Le Tchad est livré à des dirigeants sans vergogne qui pillent ses richesses et instaure une dictature implacable. Les arrestations et la disparition des opposants politiques est devenu une pratique quotidienne et les rares élections organisées par le pouvoir tournent à la farce électorale.

 

Devant le drame que connaissent les tchadiens, les forces de la résistance nationale n'ont eu d'autre choix que de prendre les armes pour rendre au peuple tchadien sa dignité et son droit à une société libre et démocratique.

 

Idriss Deby dans sa fuite en avant devient, semble t-il, médiateur dans la crise du Darfour après avoir crée, armé et entretenu les rebelles soudanais. Il serait bien inspiré de se pencher sur le sort de son propre peuple qui aspire à la paix et à la démocratie. Il doit désormais reconnaître la réalité de l'UFR et la légitimité de la lutte que nous menons.

 

Nous renouvelons notre appel pour une rencontre de réconciliation nationale, qui ouvre la voie à un dialogue inclusif, réunissant l'ensemble des acteurs politiques tchadiens et ceux de la société civile pour un règlement définitif et durable de la crise tchadienne.

 

L'UFR n'entend pas ouvrir des négociations-alibi pour régler le sort des individus. Seule la perspective d'un accord de paix véritable pourra rassurer le peuple tchadien et permettre une réconciliation nationale.

 


Le 23 février 2010






ABDERAMAN KOULAMALLAH

Porte-Parole de l'UFR

Commenter cet article