Dans les locaux de la mairie, c’est la descente aux enfers.

Publié le par Waldar

16032008386[1]Tchad: Coup de balai à la mairie de N’Djaména

Dans les locaux de la mairie, c’est la descente aux enfers. Le mercredi 16 Décembre 2009, plusieurs cadres de la mairie ont été arrêtés par la police dans le cadre des enquêtes préliminaires men ées par le contrôle d’Etat. Il s’agit de M. Djimtibaye Lapia, Secrétaire Général titulaire ; M. Yaya Ali Mahamat,  Secrétaire Général Adjoint; Abakar Maïna, le Receveur ; Oumar Adoum Khamis  Directeur Administratif Financier (DAF) ;  Barka Hassane Seïd,le Caissier Central. Les arrestations se poursuivent encore. Le Directeur Technique de la voirie ; M. Oumar Saramadji vient de regagner le groupe des arrêtés. Il était en pleine réunion ce vendredi 18 décembre quand les policiers sont venus l’appréhender. Une lettre est adressée par la commission du contrôle d’Etat à l’Inspecteur Général de la voirie qui doit aussi se justifier.

Actuellement l’enquête suit son cours. La révélation des
faux est estimée à 3 milliards Fcfa ; pour les paiements opérés dans des comptes d’entreprises fictives. Beaucoup de commerçants ont été saisis pour justifier certaines factures.

Cependant, les employés de la mairie se plaignent de ne pas avoir touché leurs salaires de novembre. « Ce genre d’initiative est à encourager. Si on veut changer les choses et donner une bonne image à l’hôtel de ville ; c’est une très bonne chose » déclare un employé de la mairie. Et à un autre employé de poursuivre « ça fait très mal de constater qu’il ya des
personnes qui ne pensent qu’à eux. Tandis que nous, on a des sérieux problèmes pour percevoir notre salaire. »

Il parait aussi que les 58 personnes licenciées à l’époque du maire Adoudou Artine, sont reconduits à leurs
fonctions respectives par le maire actuel. Et la commission d’enquête réclame la liste de ceux-là. La mairie est dépourvue de ces commandants de bords. On peut se demander si cela ne peut pas être un handicap pour le bon fonctionnement de la boîte ?
Dabio.net

Commenter cet article

Takroune Chadallah Dicko 30/12/2009 10:43


Tchad: Chronique annoncé du scandale de la mairie !


Tout d'abord rappellons que nous sommes au Tchad, un pays dont la configuration politique actuelle n'est autre que une royauté, et les tchadiens s'y plaisent.La famille Itno est l'Etat,
et l'Etat est la famille Itno, du moins ce qui  est visible et palpable. C'est à elle de decider qui doit être contôlé, et qui  ne doit pas l'être. Au  demeurant, jusqu"à
une période recente le Maire de la ville de N'djamena Mahamat Zene Bada ne figurait pas sur la liste des profiteurs de la générosité de l'Etat, il bénéficie d'une largesse familiale
royale pour service rendu, à l'instar du Ministre des Infrastructures, Monsieur  A. Younousmi, celui là même qui détient la clé du coffre de la famille. Le contrôler ? Vous
plaisantez !Cette largesse s'étend naturellement à toutes les autres  régies financières qui sont entre les mains de la famille, souvent des jeunes sans expérience. Et même s'ils
se  font prendre  la main dans le sac, il ya un décret présidentiel fin prêt pour grâcier le condamné, c'est simple, la famille, c'est la famille. Ce qui est bon pour la
famille Itno, est bon pour l'Etat, dirait le roi.


Mais voilà que fin novembre 2009,et à la surprise générale, la famille avait instruit sous couvert de l'Etat, le Ministère du Contôle d'Etat et de la Morasisation, dirigé
par Monsieur Amadaye Alhassan de faire une descente à la mairie. Motifs invoqués : La mairie  de N'djamena es devenu un Etat dans un Etat, la famille n'avait aucun contrôle sur les milliards
que brassait le maire de la ville,et  le fait que la gestion de la mairie était autome, était une erreur disait Idrisss Deby. Comme celà ne suffisait pas le Maire de la ville était
présenté dans des mauvaises couleurs, il a été rappellé que Monsieur Mahamat Zene Bada, avait déjà  été condamné en 1988, pour crimes économiques, autant ou l'interessé  était
 Chef de Personnel à Banda au Moyen Chari. Il a privé les employés de leur salaire pour laisser mourir leurs enfants.De plus il est impliqué  personnellement dans des affaires de
corruption, et responsable de plus de 70% des plaintes liés aux  problèmes fonciers actuels qui pendent.Il crée  plus des problèmes plus qu'ils n'en résoud. Dans
toutes les plaintes, le maire de la ville est cité comme vendeur de terrain. Il n'est joignable par aucune personne, jamais au bureau, jamais dans ses nombreux demeures. La Mairie marche tout
seul. De plus, il est mal connu dans son Guéra natal, il ne constitue pas un capital politique.Il est venu en fin de mission conclut la famille.


Mais des informations fiables , en provenance des entrailles de la mairie, font état ques les arrestations de Djimitibaye Lapia, SG de la mairie, Yaya Ali Mahamat SGA, Barka Hassan Seid, caissier
Central,  Oumar Adoum Khamiss, et Oumar Saramadji Directeur technique, sont  une mise en scène implacable. Il y a déjà un compromis entre le maire Mahamat zene Bada et 
ceux  qui réellement lui demandent des comptes sur le bilan financier de la mairie. Le maire s'est déclaré coupable, et avait consenti de verser de ses propres fonds, plus de 4 milliards,
l'équivalent de la somme dérobée dans la caisse de l'État, la mairie aura aussi, dorenvant un pont avec  le palais rose. Selon, la même source communale, les responsables
arrêtés savent exactement ce qui se passe, ils sont avertis qu'ils seront momentanement privés de leur liberté, ils sont des faire valoir. Ils fêterons la fin d'année au milieu de leur
famille, pour 24h. Progressivement, ils quitteront chaque semaine la prison, pour leur domicile et à ce rythme au bout de  deux à trois mois, ils seront libérés, dédommagés et enfin
réhabilités, c'est une question de formailité. Il faut trouver des coupables. Résultats: le Maire Mahamat Zene Bada conservera sa réputation, et il restera quelques miettes de crédibilité à
Monsieur Amadaye Alhassan, Ministre du Contrôle d'Etat et de la Moralisation de prétendre continuer de faire son travail.


 A mon tour de poser la question, celle de savoir, quel responsable  au Tchad est mieux placer de contôler la guestion de l'autre. Le pays ne dispose d'aucune jurisprudence en
matière de condamnation liés aux détournememts des deniers publics, ce n'est  pas dans la croyance des tchadiens et la justice doit attendre.Sinon,c'est toute la république qui ira en
prison. Je ne connais pas un seul responsable tchadien et pourtant ils sont nombreux, qui a été condamné pour détourtements des déniers publics, et avait purgé au total sa peine, alors que  au
Tchad le vol est  à tous les niveaux du chef de l'Etat jusqu'au platon. Jamais un Etat n' a été aussi généreux que celui du Tchad. En conclusion les tchadiens doivent comprendre que tous
les problèmes des deniers publics ne finissent toujours devant un juge. Chaque accusé règle son problème de sa manière, comme l'a si bien demontré Mahamat Zene Bada, qui a
mis contribution le cercle immédiat de la cour royale pour une deuxième chance.



Takroune Chadallah Dicko