Guinée: le chef de la junte blessé par son aide de camp, qui a été arrêté

Publié le par Waldar

 

AFP-

Le chef de la junte au pouvoir en Guinée depuis près d'un an, le capitaine Moussa Dadis Camara, a été blessé par balle jeudi soir par son aide de camp Aboubacar Toumba Diakité qui a été arrêté, a-t-on appris auprès d'un membre de son entourage et de sources militaires.

"Le capitaine Dadis Camara a été légèrement blessé par balle par son aide de camp Aboubacar Toumba Diakité qui a ensuite été arrêté", a déclaré à l'AFP par téléphone un membre du service du protocole, qui a requis l'anonymat.

Le capitaine Camara "vient de quitter le camp Samory Touré", situé dans le centre administratif de Conakry, a ajouté cette source.

De son côté, le secrétaire d'Etat guinéen Moussa Tiegboro Camara a annoncé jeudi soir à la radio d'Etat l'arrestation du "lieutenant Aboubacar Diakité dit Toumba", aide de camp du chef de la junte, sans préciser la raison de cette interpellation.

Une source militaire burkinabè, proche du président Blaise Compaoré, a déclaré au correspondant de l'AFP à Ouagadougou: "effectivement, c'est Toumba qui a tiré sur le président Dadis, mais l'état du président n'est pas critique. Apparemment, il s'en est sorti".

Auparavant, un jeune soldat membre de la garde rapprochée du lieutenant Toumba Diakité, interrogé au téléphone par l'AFP au camp Samory Touré, avait affirmé: "Toumba a tiré sur le président".

Un habitant du camp, joint par téléphone, avait assuré à l'AFP: "J'ai vu une voiture 4x4 entrer au camp, on disait +c'est le président qui est dedans, il est blessé à la tête+ et on l'a fait entrer immédiatement, pour qu'il soit soigné".

A la radio, le secrétaire d'Etat Moussa Tiegboro Camara a annoncé en direct en début de soirée: "le lieutenant Aboubacar Diakité a été arrêté". Mais ce responsable très proche du chef de la junte a refusé de préciser les raisons de cette interpellation, en évoquant un "secret d'Etat".

De nombreux témoins du massacre d'opposants, le 28 septembre à Conakry, avaient affirmé que le lieutenant Aboubacar Toumba Diakité avait donné l'ordre de tirer sur la foule.

L'organisation Human Rights Watch (HRW) avait écrit dans un rapport sur la répression sanglante du 28 septembre: "Tous les témoignages ont indiqué que les meurtres ont été exécutés par des membres de la garde présidentielle (...) et que l'officier commandant les bérets rouges dans le stade était le lieutenant Abubakar Diakité, dit Toumba".

 

 

 

Commenter cet article