L'imposture se produit au Tchad (le monde)

Publié le par Waldar

La révolution est partout sur le continent africain, une nécessité. Il n’y a pas que le monde arabe qui vit sous des dictatures répressives et éternelles. Pensons un peu à l’Afrique. Il est plus révoltant de voir des veilles démocraties, soutenir des dictatures, que de subir les atrocités de la dictature.

Les infatigables électeurs tchadiens se sont donnés, rendez-vous aux urnes ; malheureusement, ce n’est pas leurs voix qui décident. Comme à l'accoutumée, le vainqueur est connu d’avance. Ce toujours, le MPS (Mouvement Patriotique du Salut) du général Deby Itno, qui gagne les élections. Le MPS est un parti État. L’ensemble du bien de l’État est utilisé par le MPS. Dans les conditions actuelles, on ne peut absolument pas parler d’une évolution démocratique.

Les élections législatives qui se déroulent en ce moment, ne feront pas de ce pays, un État de droit respectant le droit de l’Homme et la démocratie. Dans quels genres d’institution, les élections se déroulent ?

Après vingt ans de règne, le régime de N'Djamena s’est bien enraciné. La démocratie et le droit de l’Homme ne sont pas au rendez-vous au Tchad. En effet, les institutions de l’État sont toutes au service de l’exécutif ; aucun équilibre démocratique, absence totale de la séparation du pouvoir. L’opposition armée prise par son propre piège a déposé les armes ; l’opposition civile n’est plus fiable. Depuis, la disparition du professeur Ibni Oumar, la seule structure de l’opposition fiable s’est disloquée.

Le Tchad est sous la coupe d’une oligarchie « militaro-ethnique monarchisante ». Qui n’a aucun respect des règles strictes de la démocratie. Cette dictature est masquée sous le manteau de la démocratie ; les dizaines des observateurs de l’Union Européenne, ne pourront pas constater des irrégularités, car l’imposture est bien organisée. L’attitude moins sérieuse de l’Union Européenne, tendant à légitimer le régime dictatorial du Tchad, ne fait qu’amplifier la misère du peuple. Les caractères dictatoriaux du régime Deby Itno sont aujourd’hui, un secret de polichinelle. Avec le label de l’Union Européenne, il se produit au Tchad une imposture politique.

Les députés qui siégeront sont connus d’avance. Il n’y aura pas de parlement, puisqu’une majorité des députés sont analphabètes ; ils ne savent lire, ni arabe, ni en français. Comment un législateur analphabète peut discuter des textes législatifs d’un État moderne ?

La guerre a empêché le déroulement des élections à temps, mais ces élections n’éloigneront pas le spectre de la guerre.

 

 

par Mahamat Hassane Boulmaye

Commenter cet article