Le Conseil représentatif des Associations noires fait 50 propositions contre le racisme

Publié le par Waldar

Le Conseil représentatif des Associations noires (Cran) a présenté mardi 50 propositions pour lutter contre le racisme et le communautarisme, comme la création d'un ministère de la Diversité ou la délivrance d'une attestation de contrôle policier.

france-afriqueCes propositions figurent dans un rapport commandé en octobre par les ministres de l'Intérieur Brice Hortefeux et des Affaires étrangères Bernard Kouchner. Il a été remis aux deux ministres par le président du Cran, Patrick Lozès, et par le président du conseil scientifique de l'association, le sociologue Michel Wiewiorka.

Pour "observer et mesurer" le communautarisme et le racisme, le rapport propose de créer un Observatoire national du racisme et d'instaurer des statistiques de la diversité anonymes, auto-déclaratives et facultatives.

Afin d'agir sur le terrain économique, il propose d'imposer la prise en compte de la diversité dans la notation des entreprises, de conditionner les aides publiques et les marchés publics à l'obtention du Label Diversité ou de promulguer les décrets d'application sur le curriculum vitae anonyme.

Sur le plan politique, il propose la création d'un ministère de la Diversité et d'un Conseil national des élus de la diversité. Il préconise aussi un nouveau découpage électoral tenant compte des zones urbaines sensibles pour une meilleure représentation des minorités visibles, une régularisation des sans-papiers ayant vocation à s'installer durablement en France et l'institution de l'attestation de contrôle policier.

Dans le domaine de la culture et de l'éducation, il plaide pour la création d'un Institut des mondes noirs, le développement de l'enseignement de l'arabe et la reconnaissance du créole à l'école.

Dans leur lettre de mission, MM. Horfeteux et Kouchner estimaient que "le problème du communautarisme se pose dès lors que les règles de la communauté priment sur celles de la République, mettant en cause la cohésion de notre société, sa tranquillité et, in fine, sa sécurité".

"Le mot +communautarisme+ désigne une logique exclusive de la différence et le primat accordé aux règles communautaires sur les règles républicaines, menaçant la cohésion nationale et la sécurité publique", confirme le rapport en mettant toutefois en garde contre une "dérive" qui tend à confondre "communautarisme" et "existence des communautés" au point que "le discours contre le communautarisme se rapproche du racisme".

"Lutter contre le communautarisme de manière aveugle en reprochant sans cesse à certaines communautés toujours les mêmes, au demeurant, d'être +différentes+, peut aboutir à banaliser le racisme", avertit le document.

Commenter cet article