Le Ministre des Finances du Tchad n’est qu’un zombie en cravate.

Publié le par Waldar

Epinglé par un rapport d’audit sur sa gestion lors de son passage à la BEAC, stressé par les enquêtes complémentaires que devait effectuer la COBAC, le Ministre Tchadien des Finances est devenu un pantin, une sorte de jouet entre les mains du clan.

Alors que logiquement, il devait être dessaisi de son porte-feuille pour être à la disposition des enquêteurs de la COBAC, contre tout bon sens, il est encore lesté du titre de ministre avec tous les avantages associés, rendant sa disponibilité plus compliquée aux enquêtes. Cette façon de faire, propre au système Deby, est une manière de tenir en laisse un individu qui par ailleurs, n’a jamais montré une seule once de courage. On pouvait pourtant penser que du fait de son long séjour à l’extérieur du pays, qu’il est moins soumis aux influences de la politique politicienne d’une part, et des moyens qu’il a amassés en tant que SG de la BEAC, il peut être  à l’abri des petits besoins l’épargnant des combinaisons abracadabrantesques d’autre part.

 

Que nenni ! Il est la négation parfaite d’un individu doté de bon sens. Avec lui, le Ministère des Finances est devenu la risée de tous les cadres et l’anti-exemple pour la jeunesse tchadienne. Cette dernière en bute avec un système scolaire défaillant, trouve en ce Département l’illustration parfaite d’accès aux postes de responsabilité sans se soucier de diplômes et autres mérites.

 

Le Ministère des Finances qui a pourtant besoin d’une restructuration de fond en comble, a réussi avec ce zombie en cravate les réformes suivantes :

 

  1. Le scandale national lié aux nominations des DAAFM des Ministères s’est aggravé avec son magistère. Au lieu d’atténuer l’injustice caractérisée par le népotisme effarant des nominations des rejetons du clan, il a entériné les pratiques de Abbas Tolli, son remplaçant à la BEAC. A croire qu’il suit les consignes que son prédécesseur/successeur lui a fermement instruit de respecter.

 

  1. Il a confié la Douane, importante régie du pays, à un petit du clan sans références universitaires. Le comble, le Ministre ne peut même pas demander de compte à ce petit, lequel en fait comme bon lui semble. La dernière nomination aux différents postes de Douane est la réplique conforme de l’esprit et de la lettre des nominations des DAAFM. Il semble maintenant établi que la référence au sein du clan s’évalue par le nombre de personnes responsabilisées et les marchés attribués aux autres membres du clan par le responsable nommé.

 

  1. IL en est de même à la fiscalité Pétrolière où un petit analphabète, fut-il le petit frère du Président de la République, ne peut logiquement occuper un poste d’une telle envergure. Avec son niveau de formation, il ne peut au juste prétendre qu’à un poste de technicien de surface. Connaissant ses limites, il s’impose par la terreur, renvoyant et recrutant qui il veut, sans que ce zombie ne pipe un seul mot. Quant à la gestion de la boîte, elle donnera le tournis au plus dextre des démêleurs des échafauds.

 

  1. La régie du Domaine est devenue une chasse gardée, le zombie ne peut proposer personne d’autre qu’en dehors du clan. L’actuel responsable était encore stagiaire dans la boîte il y a encore quelques mois et les 6 derniers Directeurs sont tous issus du clan. La question foncière étant devenue une préoccupation stratégique, il est hors de question qu’elle soit entre les mains des autres d’autant plus que le clan a décidé de faire main basse sur le domaine de l’Etat.

 

  1. La cerise sur le gâteau nous a été servie aux Impôts par le Ministre. Alors qu’un certain Ardja du clan sévissant à la Fiscalité Pétrolière a été carbonisé lors de la bataille de Abou Guileigne, un autre frère Ardja, colonel de son état, décide de se récompenser aux Impôts. Comme le zombie est malléable et corvéable à volonté, le Monsieur choisit d’être le Chef de recouvrement. Quelques mois après, il décide d’être DGA des Grandes Entreprises. A ce poste, il ne voit pas grand-chose tomber alors qu’en tant chef de recouvrement, pendant les négociations des moratoires avec les contribuables, il brasse d’importantes sommes d’argent, il renonce au poste de DG pour revenir comme simple agent de recouvrement. S’estimant avoir trop attendu, il passe directement DG des impôts pendant même que le titulaire, fiscaliste avéré, est en mission à Paris.

 

Ainsi donc, pour le Ministère des Finances, la boucle est bouclée par le clan : Secrétariat Général, Direction Générale des Impôts, Direction Générale des Grandes Entreprises, Direction Générale du Domaine, Direction Générale des Douanes, Coordination Fiscalité Pétrolière, Trésor Public, DAAFM.

L’histoire retiendra que c’est sous ce Zombie de Gata que le Ministère des Finances a achevé sa rotation pour devenir un Ministère des Zakhawa, au service du clan pour finir le processus de mise en coupe réglée du pays déjà initié depuis fort longtemps.

 

Ce tour de passe n’a été possible que parce que tous les soi-disant Ministres se laissent entuber de la sorte sans aucun courage de réaction. Si vous ne pouvez pas vous opposer aux actes contraires au bon sens, à la décence, à la morale, DEMISSIONNEZ !!!

 

Tchadiens, ouvrez les yeux, nous sommes exclus de la gestion du pays. Ne vous laissez pas endormir par le saupoudrage de quelques seconds couteaux dans des postes insignifiants. Le plan de domination a dépassé sa phase critique. Dans ce cas d’espèce, la réaction voire la résistance est un devoir, quelque soit le prix.

 

Mahamat, Mbodou, Djimadoum, Haliki, Djimet, Payimi.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article