Le taux de malnutrition est en hausse au Tchad

Publié le par Waldar

Le taux de malnutrition a augmenté dans la région de Kanem, dans l’ouest du Tchad, où les pluies tardives ont provoqué ces derniers temps des pénuries alimentaires sévères. 24% des enfants réfugiés de moins de cinq ans sont victimes de malnutrition.

Les enfants se trouvant près des zones frontalières et qui ne bénéficient même pas de la protection limitée qu’offre un camp de réfugiés, sont les plus durement touchés : près d’un tiers d’entre eux se trouvent dans un état de malnutrition sévère.

Toutefois, même chez les enfants séjournant dans des familles tchadiennes, les taux de malnutrition atteignent 24 %. Les enfants affaiblis par une malnutrition sévère ou modérée sont beaucoup plus vulnérables aux maladies contagieuses. Un bon nombre d’entre eux souffrent de diarrhée, ce qui pourrait les tuer.

Dans le cadre de son intervention, l’UNICEF apporte son appui à plusieurs centres nutritionnels thérapeutiques nutritifs et a notamment formé sept nutritionnistes dans le camp de réfugiés de Treguine

sante-plus.org

Commenter cet article