Menace de famine au Tchad

Publié le par Waldar

Des enfants du Tchad/archivesD'après l'organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), deux millions de personnes risquent la famine au Tchad où le manque de fonds compromet les opérations d'urgence.

"La
FAO n'a reçu que 2 millions de dollars sur les 11,8 millions sollicités en novembre pour une intervention d'urgence" au Tchad "alors que pour le Niger, affligé aussi par de graves pénuries alimentaires, 14,5 millions ont été mobilisés" a indiqué une experte de la FAO, Fatouma Seid. 
Selon la FAO, la sécheresse et les infestations de ravageurs ont amputé la production vivrière.

La production céréalière toujours en baisse

La FAO a relevé d'une manière plus générale "que la situation alimentaire est particulièrement grave dans certaines parties du Sahel où plus de 10 millions de personnes risquent la famine".
La même source a précisé que la production céréalière du Tchad aurait reculé de 34 % par rapport à 2008, de 30 % au Niger, de 24 % en Mauritanie et de 17 % au Burkina Faso.
Les pâturages ont été gravement touchés et la production fourragère au Niger est inférieure de 62 % aux besoins tandis qu'au Tchad, un taux de mortalité du bétail d'environ 31 % a été constaté l'an dernier dans les zones occidentales et centrales du pays.

L'effet conjugué de la chute de la production céréalière et de la persistance de prix alimentaires élevés "s'est traduit par une forte insécurité alimentaire et une malnutrition accrue dans les pays touchés" selon la
FAO.
Au Niger, 2,7 millions de personnes auraient besoin d'une aide alimentaire cette année, tandis que 5,1 millions d'individus supplémentaires seraient à risque d'insécurité alimentaire dans le pays.
Quelque 2 millions de personnes ont besoin d'une aide au Tchad alors qu'environ 258.000 Maliens et 370.000 Mauritaniens nécessitent une assistance.

 

ushuaia

Commenter cet article