Message de fin d’année‏ de président de l'ufcd colonel Adouma Hassaballah

Publié le par Waldar

adoum.jpgTchadiennes Tchadiens,
A l’occasion du nouvel an, je voudrai une fois de plus vous adresser mes vœux les meilleurs. Que cette nouvelle année qui marque le cinquantième anniversaire de l’indépendance de notre pays soit une année de véritable libération, de prospérité, de paix et de réconciliation entre les Tchadiens. Aussi, que cette nouvelle année apporte bonheur et santé à chacun d’entre nous.
Au delà des vœux, nous nous rappelons tous que notre peuple est en lutte contre cette chaine de dictature qui endort certains de nos frères aux noms des intérêts égoïstes et personnels. Nous sommes toujours victimes de tous les maux qui nous ont conduits à prendre les armes, et nous ne saurions baisser les bras en dépit des difficultés de tous ordres que nous vivons.
Notre appel au dialogue inclusif est resté lettre morte et nous remarquons que beaucoup d’entre les tchadiens perdent d’ardeur pour réclamer cette solution honorable et peu couteuse pour notre peuple. La lutte armée, celle que nous avons résolument décidé de mener, reste et demeure malheureusement la seule voix audible à la dictature d’Idriss Deby. Oui la lutte armée est la seule voie qui puisse nous permettre d’imposer une alternance au pouvoir à défaut d’élections libre et transparente, à défaut d’un dialogue inclusif.
C’est pourquoi me chers compatriotes, nous ne devons pas nous laisser distraire par les querelles des personnes, nous ne devons pas nous laisser distraire par cette campagne savamment monter pour nous décourager à poursuivre le combat qui doit nous conduire à notre liberté et notre libération.
Comme vous le savez, tous les problèmes qui ont motivé notre exil, notre retrait du faux jeu démocratique, notre décision de combattre militairement le régime d’Idriss Deby sont persistants et malheureusement croissants.
La démocratie n’est qu’un vain mot au Tchad. Presque toute la classe politique qui prétendait se battre démocratiquement pour une alternance politique au Tchad a fini par faire allégeance à Idriss Deby, ignorant du coup les nombreuses victimes de la dictature d’Idriss qui ont cru en eux. Rien n’a changé sous les yeux de ces compatriotes qui ont décidé de capituler. L’absence de libertés est invraisemblable, le bâillonnement de la presse est quotidien, l’intimidation des défenseurs des droits de l’homme n’est plus à démontrer, la caporalisation des partis politiques est frustante, la corruption est systématisée et hiérarchisée, la déliquescence de l’administration n’est plus à démontrer, la déconfiture de l’armée est consommée et la sécurité des biens et des personnes n’est plus qu’une fable. Les vols, les viols, les assassinats sont légions et les victimes nouvelles se comptent en millier dans les
différentes régions du pays.
Seuls les Résistant animateurs des sites internet et blogs, quelques rares journalistes nationaux n’ont pas perdu de vu les souffrances quotidiennes de notre peuple, et contribuent significativement, à leurs manières, à la dénonciation des différentes dérives. Heureusement comme nous, cette frange de notre population regarde avec optimisme l’ultime solution de délivrance sans être perturbé par les eternels défaitistes et alarmistes de notre histoire.
Nous ne ferons que vous encourager dans ce combat qui complète extraordinairement le notre. Rien, absolument rien ne peut nuire d’avantage à ce combat que l’absence de patience et la recherche de la facilité. Ceux qui s’inscrivent dans cette logique doivent savoir qu’ils n’ont rien à apporter et ils ne prouveront rien dans l’écriture de notre histoire glorieuse. Seul les Tchadiens traceront les voies du salut de ce pays.
Cher compatriotes,
Quoique qu’on pense, l’UFR reste en dépit de toutes nos critiques respectives, le seul cadre dans lequel et pour lequel se dégage un consensus. Les problèmes qui se posent à une grande organisation comme la notre ne doivent pas être banalisés, mais ils sont les portes de notre victoire prochaines. Avec le président de l’UFR Mr Timan Erdimi, et l’ensemble de nos collaborateurs, nous travaillons consciemment comme toujours à résoudre nos difficultés et à consolider nos différents fronts. Nous estimons qu’il n’ya aucun problème qui puisse nous détourner de notre objectif premier qui est de débarrasser notre pays de cette bande des mafieux au pouvoir. Nous voudrions dire que s’il ya un changement, il viendra de l’UFR et de tous les Tchadiens qui lui font confiance.
L’année qui commence, plus que celles écoulées est prometteuse et pleine d’espoir. Nous appelons résolument l’ensemble des résistants, ou qu’ils soient, a redoubler d’efforts pour garder ardent le flambeau de la lutte de libération de notre peuple. Contrairement à la campagne montée par les différents ennemis de notre combat, notre bonheur est au Tchad et nulle part ailleurs. C’est pourquoi nous appelons les uns et les autres à redoubler d’effort. Les semaines prochaines seront pleines de surprises sur nos différents fronts. La sérénité et la cohésion des différentes composantes de la résistance est le gage de notre réussite.
Bonne et heureuse année,

Adouma Hassaballah Djadalrab
1er Vice président de l’UFR.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article