Minurcat: les discussions achoppent sur les effectifs restant au Tchad

Publié le par Waldar

 Les discussions entre le Tchad et les Nations Unies sur l'avenir de la Minurcat, Mission des Nations unies en Centrafrique et au Tchad, achoppent sur la question de l'effectif qui resterait après le 16 mai 2010, a-t-on appris de source diplomatique tchadienne mardi.

"Nous avons proposé à l'ONU de réduire le nombre des éléments de la Minurcat à 400 personnes, ce qui est largement suffisant pour sécuriser les installations et le personnel civil, alors que l'ONU souhaite garder un millier de personnes", a affirmé sous couvert de l'anonymat une source diplomatique tchadienne à l'AFP.

Celle-ci s'exprimait à l'issue d'une réunion à huis clos dans la matinée entre le chef du département politique de l'ONU Youssef Mahmoud et le général Oki Dagache, représentant du Président Deby auprès de la Coordination nationale d'Appui aux forces Internationales au Tchad (CONAFIT).

"Les Nations Unies ont remis un mémoire contenant les propositions (de l'ONU) et les experts tchadiens sont en train d'examiner ce mémoire pour éventuellement donner les réponses", selon la même source.

"Nous sommes tombés d'accord sur la mission à effectuer par le personnel civil, notamment la formation du personnel judiciaire et la construction des infrastructures, et (ne sommes pas d'accord sur l'effectif des militaires" a poursuivi la même source.

En janvier, le président Deby avait fait parvenir une note verbale à l'ONU, demandant le retrait de la Minurcat le 15 mars, date initiale d'expiration de son mandat. Il avait qualifié la mission d'"échec".

Après des négociations, le président Deby a ensuite offert de proroger de deux mois le mandat de la mission, jusqu'au 15 mai. Cette proposition a été acceptée et validée par le Conseil de sécurité de l'ONU le 12 mars.

Trois jours plus tard, le chef de la Minurcat Victor da Silva Angelo a annoncé à l'AFP de nouvelles discussions sur l'avenir de la mission, en expliquant que le débat porterait notamment "sur la présence de la Minurcat après le 15 mai 2010, le nombre des civils et militaires qui resteront", leurs tâches ainsi qu'un calendrier des "activités à mener d'ici à la fin de 2010".

AFP 

Commenter cet article