Ne baissons pas les bras et luttons contre le fléau Deby jusqu’à ce que nos sœurs et frères tombés reposent en paix et que le Tchad soit libéré.

Publié le par Waldar

1er Décembre 2009?  19 ans de Cauchemar pour les Tchadiens : Idriss Deby.

Dire au filles et fils du Tchad ce que leur évoque cette date c’est simplement réveiller en eux des souvenirs douloureux ! Que dis-je, les souvenirs font partie du passé mais malheureusement pour nous, cette date est  une réalité  douloureuse et insupportable.

Des deux fléaux qui touchent si durement le Tchad, le SIDA et Idriss Deby,  qui pourrait avoir le malin plaisir de dire lequel  fait le plus de victimes ? Les décomptes risquent de choquer bien de personnes alors n’énumérons pas cette décompte macabre et laissons nos morts reposer en paix.

Reposent-ils vraiment en paix?

Pour ceux qui sont mort du SIDA, nous savons tous que la médecine, les sciences sont encore sans arme contre lui mais la communauté internationale se mobilise pour faire avancer les choses.

Mais ceux qui sont mort  du fléau Idriss Deby ITNO, ils nous regardent et nous parlent chaque jour qui passe, ils savent que ce fléau peut être vaincu et doit l’être que par les tchadiens seuls, abandonnés par une communauté internationale soucieuse de ses propres intérêts. Le remède nous devons nous tchadiens le trouver dans un front uni contre Deby ! Ces victimes sont les plus nombreuses et leurs cris nous interpellent chaque jour et nous pressent de débarrasser le Tchad du fléau. Si nous ne faisons rien, nous nous rendons coupables, complices et notre sommeil restera à jamais  troublé.

Ibni Oumar, Beyidi, Mianbé, Selgué… La liste est longue et hélas point définitive. Ne baissons pas les bras et luttons contre le fléau Deby  jusqu’à ce que nos sœurs et frères tombés reposent en paix et que le Tchad soit libéré.  Oui, ce jour, nous ouvrirons enfin des perspectives nouvelles et heureuses pour notre pays.

Djemba Laokolé

Commenter cet article