Soudan: l'accord avec les rebelles du JEM prévoit un partage du pouvoir

Publié le par Waldar

L'accord de trêve qui doit être signé mardi à Doha entre le gouvernement soudanais et le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM), important groupe rebelle du Darfour, prévoit un partage du pouvoir, selon sa version en français obtenue par l'AFP.

L'article 3 prévoit "la participation du Mouvement pour la justice et l'égalité à tous les niveaux du pouvoir (exécutif, législatif...) selon des modalités à convenir ultérieurement entre les deux parties".

Dans son article 4, l'accord indique que "le Mouvement pour la justice et l'égalité se constitue en parti politique dès la signature de l'accord final entre les deux parties".

Dans son premier article, il énonce la proclamation d'un cessez-le-feu et des "discussions immédiates pour parvenir à un accord pour son observation".

Il prévoit aussi d'intégrer les combattants rebelles dans les unités de l'armée et de la police, la libération des prisonniers de guerre et l'aministie pour les membres civils et militaires du JEM.

L'accord évoque encore un dédommagement pour les déplacés ainsi que le développement du Darfour, longtemps négligé, et l'examen du partage des ressources.

Le partage du pouvoir et de la richesse a été l'épine dorsale de tous les accords signés par le gouvernement et les différentes rébellions comme celle de la faction du mouvement de libération du Soudan en 2006, un groupe du Darfour conduit par Minni Minnawi, qui a obtenu le poste de conseiller présidentiel.

Ce principe est également au coeur de l'accord de paix global signé en 2005 avec les anciens rebelles du sud, dont le chef Salva Kiir est devenu le premier vice-président du Soudan et dont le gouvernement se partage les revenus pétroliers avec Khartoum.

La fin de la rébellion dans l'est du pays en 2006 a pour sa part été rendue possible grâce à un accord qui a permis aux chefs des tribus Beja de se joindre au gouvernement et qui comporte la promesse de Khartoum de développer cette région qui dispose d'une façade maritime.

Afp

Commenter cet article