Tchad : la rébellion du FPRN conteste le bilan officiel de ses hommes tués

Publié le par Waldar

kougou.jpg La rébellion tchadienne du FPRN conteste le bilan des autorités qui ont fait état de 105 morts parmi les insurgés dans de récents combats dans l'est du Tchad, mais reconnaît 33 tués dans ses rangs, a affirmé samedi à l'AFP son chef Adoum Yacoub.

"Ils ont été pris en flagrant délit de mensonge. Ils ont emmené 64 de leurs blessés chez les Français. Ils s'enfoncent dans la bêtise", a dit ce chef du Front populaire pour la renaissance nationale (FPRN), joint par l'AFP à Khartoum sur son téléphone satellitaire dans l'est du Tchad.

Jeudi, le gouvernement tchadien a affirmé que les combats les 24 et 26 avril entre l'armée tchadienne et les hommes d'Adoum Yacoub avaient causé la mort de 105 insurgés et d'un seul militaire en plus de huit blessés au sein de l'armée.

M. Yacoub a dans un premier temps parlé de 26 morts au sein de ses troupes, mais a ensuite fait état d'un bilan de 33 morts après "la découverte de cinq de nos hommes morts et le décès de deux autres qui étaient blessés".

Il a estimé avoir causé "énormément de pertes" aux forces tchadiennes.

Aucun combat n'avait lieu samedi entre la rébellion et l'armée, a-t-il ajouté, indiquant que ses hommes reconstituaient leurs forces.

"L'aviation tchadienne tournoie. Nous tentons d'éviter les accrochages. Ce n'est pas fini", a dit M. Yacoub.

Dans un communiqué transmis samedi à l'AFP à Libreville, le Mouvement pour la paix, la réconciliation et le développement (MPRD), faction dirigée par le colonel Djibrine Dassert, dit apporter son "soutien aux forces du FPRN".

Le texte est signé par Djédouboum Sadoum, vice-président de ce mouvement actif dans le sud du Tchad, et daté de Dijon (est de la France) où il réside. L'armée tchadienne a affirmé avoir capturé le colonel Dassert le 4 janvier vers Korbol, son fief.

Le MPRD invite "toutes les rébellions armées à conjuguer (leurs) efforts" pour renverser le président Idriss Deby Itno, doutant de "sa volonté de se réconcilier" avec les insurgés.

"Toute paix est dangereuse pour son régime. C'est pourquoi à chaque fois que se profile l'ombre d'une réconciliation, il (M. Deby) est le premier à entreprendre le sabotage", estime-t-il.

Le FPRN est la seule rébellion actuellement au Tchad, l'essentiel des rebelles étant actuellement cantonnés au Soudan.

Début avril, une délégation du gouvernement tchadien a rencontré des représentants de la rébellion pour entamer les premières négociations depuis 2007 entre les deux parties.

Une nouvelle rencontre doit en principe avoir lieu d'ici ) la mi-mai. Adoum Yacoub affirme que son mouvement, basé au Tchad, n'a pas été "associé" à ces discussions.

 

AFP

Commenter cet article