Tchad: Le nouveau Gouvernement compte 18 nouvelles personalités

Publié le par Waldar

tchad.pngLe nouveau Premier ministre tchadien, Emmanuel Nadingar, a formé un gouvernement de 40 membres, marqué par l'arrivée de 18 nouvelles personnalités, selon un décret présidentiel lu par la radio nationale cette nuit.

En dehors du Premier ministre, nommé le 5 mars par le président Idriss Deby Itno, la nouvelle équipe compte trois membres de plus que la précédente, qui en regroupait 37.
Dix-huit personnalités, dont neuf femmes, font leur entrée dans le nouveau gouvernement, dans lequel n'ont pas été appelés huit membres de la précédente équipe.

Les anciens titulaires des départements clés des Défense nationale, Affaires étrangères, Intérieur et Sécurité, Infrastructures et Finances conservent leur portefeuille.
En revanche, Mahamat Hissène, qui était ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, quitte l'attelage. Son portefeuille est confié à Keddelah Younous, un nouveau venu au gouvernement.

Abderahim Younous Ali, Mme Habiba Sahoulba et Mme Assia Abbo sont respectivement nommés respectivement ministre de l'Education nationale, secrétaire d'Etat au Budget et ministre-secrétaire général du gouvernement, en remplacement d'Abderamane Koko, Oumar Boukar Gana et Limane Mahamat. Ces trois derniers responsables ont été suspendus, inculpés de corruption et incarcérés en février pour leur implication présumée dans des malversations dans l'achat par le gouvernement de manuels scolaires.

Afp

Commenter cet article

Ismail Chakir 22/03/2010 06:37


NewYork: Des diplomates tchadiens dans un vestibule.

Si nous faisons la liste de ce qui reste de la machine diplomatique au Tchad, SE Ahamed Alla-Mi, l'actuel répresentant du Tchad auprès des Nations Unies est présenté semble t-il  comme un
des meilleurs diplomates tchadiens. Il était sorti tout droit de l'Institut des Relations Internationales du Cameroun ( IRIC ), donc c'est un diplomate de formation avec  des expériences
confirmées, comparativement à d'autres chefs des missions du Tchad, qui étaient à une période recente soit des infirmiers, des policiers, des sans emploi, des enseignants, des chefs de
village, ou des simples commerçants qui ont fermé boutique.



Cependant, en effectuant une visite à la mission de NEWYork, n'importe quel tchadien normal qui s'interroge sur l'avenir du Tchad serait choqué du décor. Tous les diplomates sont placardés
dans un vestibule. Un enclos en contreplaqué
de moins de 5m2, et de 1,20 m de hauteur  est érigé pour chaque diplomate dans ce vestibule en guise de bureau.Seul Ahamed Alla-Mi, et lui seul, avait un bureau fermé ou il faut frapper
avant d'enter.


 Il suffit que un diplomate se met debout, et il aura une vue d'ensemble de l'enclos de ses voisins. Les communications téléphoniques sont  de l'ordre publique, puisque nous sommes en
présence des bureaux à découverts. Plus encore, les cauchemars de ces diplomates rencontrent  son summum quand SE Alla-Mi aura un rendez vous avec une personnalité importante. Cette
personnalité doit se faufiler entre les enclos avant d'atteindre le bureau du chef de la mission. Les diplomates ayant  connaissance de l'agenda du chef de la mission ne peuvent que
deserter les bureaux, ou baissser la tête. Qu'adviendra t-il si le Premier  Conseiller devrait recevoir une personnalité en l'absence de SE Alla-Mi ? Dans le vestibule ou dans le bureau
fermé ?


Tout compte fait, et selon des personnes proches du dossier de l'achat de Immeuble à trois étages, le Tchad  a investit plus de 12 millions de dollars, soit plus de 6 milliards de CFA. Tout
celà, pourque les diplomates tchadiens restent dans un vestibule. Ce qui est encore inexplicable, l'immeuble a été acquis au moment ou les Etats-Unis traversaient  une crise financière et
immobilière, qui allait emporter le pays. Les prix des Immeubles étaient divisés par deux
. Les banques les vendaient aux enchers.Mais on disait que SE Alla-Mi a fait  à sa tête et n'avait consulté personne, au lieu d'acheter un immeuble avec une structure des bureaux, il a
acheté  un immeuble à logement.


Enfin, le constrate est à obsever du côté de l'ambassade du Tchad à Washington DC. Pour un immeuble vitré acquis à la même période d'au moins 6 millions de dollars, chaque diplomate vit
dans un confort de travail indescriptible. De l'ambassadeur jusqu'à l'attaché, chacun avait un bureau fermé et salon à l'image d'un pays petrolier. Mais la question est, y a t-il quelqu'un qui peut
demander à SE Alla-Mi des comptes sur l'argent des contribuables tchadiens, même si le vol est à tous les niveaux ?




 Ismail Chakir