Une visite privée avec des officiels ?

Publié le par Waldar

Une visite privée avec des officiels ? Ce n'est pas qu'une simple maladresse des journaleux de la Présidence du Tchad. C'est un vice bien françafricain que de brouiller les pistes. La direction de la communication de la présidence a diffusé hier soir un communiqué annonçant que "le Président de la République IDRISS DEBY ITNO, accompagné de la Première Dame HINDA DEBY ITNO, a quitté N’Djaména ce matin à destination de Paris pour une visite privée". En lisant cela, on a une drôle impression d'inachevé.

Bien évidemment, comme la visite d'un dictateur africain en Françafrique n'est jamais une simple visite privée, les plumitifs du palais rose se sont empressés de préciser que "le chef de l’Etat mettra à profit son séjour pour rencontrer les autorités françaises et échanger avec elles". Ouf, on respire. 

Trafic d'armes et coaching sur le renforcement des capacités de nuisance du tyran sont certainement à l'ordre du jour de cette "visite privée avec les autorités françaises". Selon René Dassié du journal en ligne Afrik.com, "le Tchad figure en bonne place des clients de la France, en matière d’armements. Rendu public lundi, le rapport du ministère français de la Défense sur les exportations d’armement en 2008 indique que les ventes d’armes de la France au Tchad ont progressé de 50% l’année dernière, pour atteindre près de 13 millions d’euros. Un pactole qui dépasse l’aide apportée par la France à Ndjamena la même année". Si Déby souhaite se maintenir au pouvoir, une hausse d'achat d'armes françaises de l'ordre de 10% sur la cuvée 2009/2010 s'impose. C'est  le conseil donné par les marchands de la mort dont les agents sont postés à l'Est du Tchad pour observer les activités de la rébellion de l'UFR et fournir à Déby des images satellites numériques haute définition des moindres déplacements des rebelles, même pour effectuer les besoins naturels. Déby est-il voyeur en plus d'être pervers? Espérons que ce n'est pas le genre, quoi qu'on le dit friand de chaire fraîche. Mais que celui qui ne l'est pas lui jette la première pierre.


En tout cas, pour le coaching, rendez-vous a été pris avec la cellule africaine de l'Elysée et le Quai d'Orsay. L’on se souvient que lors de sa visite à New York, Déby a eu un tête-à-tête avec le nouveau Monsieur Afrique de l’Elysée, un certain André Parant dépêché à NY à l’occasion de la 64e assemblée générale des Nations-Unies. Cette AG était pour le nouveau françafricain l’occasion de rencontrer le plus de dictateurs africains en un seul lieu et à moindre frais (sinon, vous imaginez qu’il aurait fallu sillonner 15 pays africains sous la chaleur estivale et encourir les risques de se noyer dans la marre d’inondations qui ont englouti plusieurs habitations en Afrique de l’Ouest).

Donc, à New York, à en croire le site internet de la Présidence du Tchad, ce Parant, nouveau parrain des tyrans africains « s’est félicité des excellentes relations entre N’Djaména et Paris » et « entend œuvrer pour leur renforcement ». Le parrain a tenu également à rassurer Déby que « la France appuie particulièrement l’accord du 13 Août 2007 qui doit déboucher prochainement sur des élections libres et transparentes ». Exit l'opposition armée des préoccupations de la France. Mais alors, pourquoi cette vente massive d'armes à un des Etats les plus pauvres de la planète ? 

Pour une « visite privée avec les autorités », c’est bien une visite privée. Il faut savoir que la France du Smic qui se lève tôt et se couche tard ignore tout de la France à fric.
Bienvenue en Françafrique 


RDPL
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article