Félicitaions à un docteur

Publié le par Hamid Kelley

Par Mahadjir.fils

Anecdotier (lire Sahibi-ialtchad), conteur, nouvelliste et peut-être écrivain, Djiddi Ali Sougoudi Sidimi, vient de décrocher son doctorat d’Etat en médecine à la Faculté des Sciences de la Santé (FACSS) de l’Université du Tchad le 08 Mai 2008 dernier avec la plus haute distinction du Jury international. En effet Sidimi sort « major » de sa promotion avec : « mention très honorable, félicitation du jury, échange de thèse interuniversitaire et proposition à un prix de thèse ».


Sidimi
est né le 20 Avril 1977 à Oumchalouba, dans l’Ennedi, dans une famille nomade, éleveur des dromadaires. Son oncle paternel, Tahir Sougoudi (actuel Secrétaire d’Etat), le trouva curieux et intelligent et le prit avec lui pour l’inscrire à l’école. En 1985, à 8 ans, Djiddi entra alors à l’école mixte de Bololo. Brillant élève, il fit son concours d’entrer en sixième dès la classe du CM1 et accéda au très sélectif collège du Sacré-cœur en 1990. Il y décrocha son bac série D avec mention en 1997 et entra à la FACSS en Mars 1999 sur concours. En dépit des années académiques élastiques de l’université de N’Djamena, Sidimi tint tous les coups, valida les 7 ans de médecine sans coup férir et sans reprendre un niveau.

Sa thèse est intitulé : « surdité et scolarisation au Tchad : enquête dans deux écoles de sourds de N’Djamena. » Il s’agit d’une étude prospective descriptive et transversale sur 110 élèves malentendants. Le jury international a unanimement salué le caractère scientifique de la thèse mais aussi la maîtrise de la langue de Molière. C’est aussi pour la première fois qu’un travail de recherche jette son regard sur l’infortune des sourds au Tchad. (nous reviendrons amplement sur ce travail en contactant le lauréat Djiddi Sidimi).
 
La volonté, la persévérance, le bon niveau, les belles et solides qualités que nous connaissons Djiddi Sidimi lui ont valu aujourd’hui un doctorat d’Etat en médecine avec la plus haute distinction. Joignez vous avec moi pour lui transmettre toutes nos félicitations et respectueux hommages a’ ce persévérant garçons. La persévérance est toujours bonne. Un écrivain disait : « quand on se donne le meilleur de soi même on a la fierté du travail accompli » Je tire chapeau pour Djiddi Ali Sougoudi Sidimi.

En terminant, nous, toute la famille, amis, parents proches et lointains, tenons a’ informer tout le monde que nous sommes très fiers de notre fils, neveu, cousin et frère Djiddi Sidimi pour pouvoir sortir Major de sa promotion avec une mention très honorables. Bref nous sommes très joyeux et contents de partager cette suprême joie avec tous les compatriotes tchadiens. Que Dieu prête longue vie a’ Djiddi Ali Sougoudi Sidimi.
 
Son oncle qui est fier de lui,
Mahadjir.fils
Amérique du Nord.



Source : berienligne.com


Commenter cet article