Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Décès du général Wadal Abdelkader Kamougué

Publié le par Waldar

 images.jpg

Tchad: décès d'un leader de l'opposition -

Le général Wadal Abdelkader Kamougué, 72 ans, l'un des principaux opposants au régime du président tchadien Idriss Deby, est "décédé" aujourd'hui à Koumra, dans le sud du Tchad, a affirmé Saleh Kebzabo un autre opposant, précisant qu'il était "malade depuis quelque temps".

La présidence tchadienne a confirmé le décès sur son site internet: "Lundi 9 mai 2011: le ministre conseiller à la présidence de la République Kamougué Wadal Abelkader s'est éteint ce matin à Koumra dans le Mandoul". "Il est décédé ce matin. Il était malade depuis quelque temps", a affirmé M. Kebzabo qui dirige l'Union nationale pour le développement et le renouveau (UNDR), principale formation de l'opposition avec 9 sièges à l'Assemblée nationale après les législatives de février.

"Il est tombé ce matin dans la douche certainement à la suite d'un arrêt cardio-vasculaire. Il allait mal depuis la semaine dernière mais tenait à finir la campagne législative partielle de Bedjiondo" (sud) où sa femme était candidate vendredi, at-il ajouté. "Il avait été transféré hier depuis Bekamba à Koumra (ville distante d'une trentaine de kilomètres) où il a reçu des soins et se sentait mieux", a dit Saleh Kebzabo.

Dirigeant de l'Union pour le renouveau et la démocratie (URD, 7 sièges), le général Kamougué qui était ministre dans le gouvernement d'ouverture en place, avait boycotté l'élection présidentielle du 25 avril dont les résultats provisoires sont attendus aujourd'hui, avec Saleh Kebzabo et Ngarlejy Yorongar de la Fédération Action pour la République (Far), dénonçant la "mascarade électorale" des législatives du 13 février.

Le Figaro

Commenter cet article

mahamat idriss 14/05/2011 16:33



Oui KAMOUGUE est mort, mais il est parti avec une grande page d'histoire criminel au Tchad, à l'epoque ont parlaient pas des charniéres ni des fosses communes et à plus forte raison des
genocides. A cette époque Kamougue, Habré, Alafi etc... ont massacrés des civils innoncents dans leurs quétes au pouvoirs. Je me rapelle au sud des civils fuent abbatuent, jettés et explosés dans
des puits, cette page restera marquée dans la memoire de tout tchadien épris de paix et de concorde national. Mais Kamougué durant toute sa carriére politico- militaire n'a jamais osé demander
pardons aux familles touchées, ni inquieté par auc'une poursuite quelconque, mais devant Dieu il devrais surement rendre comptes de son si bref passage sur terre. Je sugére à ces descendants de
prendre conscience du mal et ( du bien s"il existe ) que leurs générateur a pu produire sur terre, pour demander pardon à tout ceux qui ont subis l'attrocité commise par lui. Que DIEU le pardonne
de sa faiblesse.