Hommage à un patriote atypique : Le Commandant Togoï Adoum

 

A la veille d’une guerre meurtrière qui s’annonce à l’est du Tchad et qui va sûrement emporter beaucoup des tchadiens, notre cœur est plein de chagrin. Avant d’attendre pour pleurer les morts de demain, j’ai pensé à quelqu’un que je ne pas connu mais son histoire m’a beaucoup ému. De nos jours, rare, sont les tchadiens qui transcendent les clivages ethniques mais lui c’est une exception : il s’agit du commandant Togoï Adoum. Voici son histoire telle qu’on m'a raconté par ceux l’ont connu dans la rébellion.

 

Le Commandant Togoï Adoum, fut tué le 09 décembre 2006 à Guanatir, à 30 Km au nord ouest de Biltine, dans le combat entre l’UFDD et les Force de Deby. Ce jeune patriote, est âgé d’environs 33 ans au moment de sa disparition. Probablement, père d’une famille. Il a retourné son arme contre le dictateur, un an jour pour jour auparavant, le 8 décembre 2005.

 

Contrairement à ses compagnons du « groupe de 8 décembre » dirigé par le Dr Abakar Tollimi, il s’engagea sans hésitation à côté du Capitaine Mahamat Nour Abdelkerim au sein du RDL, puis le FUC.

Farouchement nationaliste, résolument contre la dictature, anti tribaliste et sociable, le commandant Togoï Adoum, fut l’un de ces genres d’hommes qui se révéleront un par génération.

 

Anti tribaliste, Togoï s’engagea dans le RDL de Mahamat Nour Abdelkerim, le Tama, dès janvier 2006, quand la majorité des goranes et zagawa oscillaient entre Abakar Tollimi et Timan Erdimi, pour créer leur mouvement. Grâce à lui la majorité des goranes vont rejoindre le futur FUC au détriment du RPJ de Abakar Tollimi et le RAFD de Timan Erdimi. Il répondait à ces derniers qu’il n’est pas « entré en rébellion pour porter quelqu’un au pouvoir mais pour chasser Deby du pouvoir ».

 

Intelligeant, bosseur et courageux, le jeune Togoï monta très vite dans la hiérarchie du FUC et il devient l’icône de l’union des tous les tchadiens au sein du FUC. Malgré son âge, il fut nommé CEMAT du FUC et  Il fut l’un des artisans du raid du 13 avril 2006, au cours du quel, il a perdu son petit frère.

 

 Il est aimé par tous le monde sans distinction d’ethnie. Fidèle compagnon de Walgnéré, le Tama ; L’intime ami de Ahmat, le Hadjaraï ; Le Camarade de Tounissi, le Ouaddaien ; Le petit frère aimé du défunt  Colonel Mahamat Issa, l’Arabe ; le respecté commandant de tous les soldats rebelles. Il était le trait d’union entre toutes les composantes ethnique de la rébellion.

 

Malgré ses liens de parenté avec le général Nouri, il refusa d’adhérer au début dans son mouvement.

 

Ce n’est qu’après la dislocation du FUC, que Togoï rejoignit l’UFPD de Mahamat Nouri.

 

Beaucoup des gens pensent qu’il en ait pour beaucoup dans l’union de tous les anciens combattants du FUC au sein de la future UFDD.   

 

 La mort du charismatique Commandant Togoï Adoum, fut un grand un vide au sein de l’ensemble de la rébellion. Paix à son âme.

 

 

 

Abbas Birké

birke@live.fr