Nouvelle: une saison à Wadi-Hawar (3° partie et suite)

Une nouvelle catastrophe ? Peut-être... L'arbre vacille, ses occupants avec. Les racines cèdent et une chute lente, perceptible, édulcorée de peur et d'épouvante s'empare de l'acacia. la plante plonge sa tête ébourrifée dans l'eau saumâtre du wadi. les secousses parcourent tout l'arbre et s'impriment sur les branches et jusqu'aux ramilles et feuilles. Une silhouette vacille à son tour et fait un clapotis dans l'eau et y disparait. Une masse fait de même un plongeon dans les ténèbres humides. Un silence sépulcral s'en suit. l'arbre semble inhabité, à moitié hors de l'eau.

   La nuit s'estompe à wadi Hawar et laisse place à l'aurore qui palit l'horizon. le soleil montre de nouveau son museau lumineux. Une nouvelle journée commence sur une terre sous la possession de la pluie. Tout mouille partout comme une femme fistuleuse. Le lit du l'oued hawar contient encore une eau moins impétueuse, ondulant comme un serpent monstrueux.

   Une vieille femme, voutée par l'âge et rongée par l'inquiétude parcourt l'oued, comme affolée par une détresse inouie. C'en est une! Les bras au ciel, le visage envahi par les larmes, elle s'agite, court, s'arrête, tend l'oreille et crie: "gooooyyylaaaa!" Sa voix, traitresse, semble s'arrêter à un empan seulement et le désarroi s'amplifie dans son coeur comme le torrent d'hier dans le lit de Wadi-Hawar.

  La vieille femme halète, essoufflée et finit par trébucher sur une masse gorgée d'eau, près d'un bras du Wadi. Elle découvre qu'il s'agit d'une de ses chèvres noyées depuis la veille. La grande-mère de Goyla a voulu s'étrangler en voyant un bras frêle émergeant des décombres que le courant a amassé sur un arbre déraciné. Un bras aux fins duvets, aux doigts maigres, sans gourmet ni perles. Une voile noir envahit  la tête de la femme désemparée et elle se laisse se choir du haut de sa taille. Elle plogne dans l'inconscience... sans pouvoir atteindre là où gît un bras dont elle ignore encore la paternité. Mais pour elle c'est bien celui de...  (A suivre)

 

                                     Sidimi Djiddi Ali Sougoudi

                                              sidimi1977@yahoo.fr      


La Quatrième partie clique ici