Ndjamena: repos ou enfer sur terre

Publié le par Waldar


commentaire:

1-Bien gouverné, ce pays sera bien "doux" malgré ce soleil ardent! Hélas, ce n'est pas le cas, nous avons affaire à un pouvoir pour qui l'amélioration des conditions de vie des populations et l'assainissement du milieu de vie sont le cadet des soucis. Déjà malgré cet "enfer sur terre", les Tchadiens détonnent par cette chaleur de vie qui, en meilleures conditions et dans la paix, serait une source inestimable de dynamisme pour leur pays. Malheureusement, cette chaleur est contrastée par l'apathie ambiante qui surprend quand il s'agit de revendiquer le meilleur: peut-être parce que habitués à la dureté de la vie depuis des lustres, les Tchadiens sont de loin le peuple le plus amorphe et apathique qui soit en Afrique et au monde car ils subissent sans broncher toutes les dérives et les mauvaises conditions que leur imposent leurs autorités à tous les niveaux. Le Tchad est le pays où l'eau et l'électricité peuvent être coupés deux ou trois mois durant sans que les habitants descendent dans la rue pour manifester leur colère - tout en continuant à payer les factures sans consommer-, où le prix du pain, du sucre, de la farine, etc. peut fluctuer du jour au lendemain sans même qu'il y ait une sourde attitude de boycott des produits, où les conducteurs de mini-bus, parce que pour la plupart Zaghawa de l'ethnie du président et au-dessus de la loi, pas contents déjà d'entasser comme des sardines dans ces cercueils roulants leurs clients, les insultent et leur gratifient de gifles ou sévices sérieux sans qu'ils ne soient boycottés, etc. La liste est longue des comportements qui font que la vie "sous les étoiles" n'est pas aussi onirique, douce dans ce pays pourtant si beau, si riche et si aimable!
Comprenez pourquoi quand un *Tchadien meurt, il devrait aller tout droit au paradis" car il aura vécu déjà son enfer sur terre pour y aller une seconde fois!!!


2-....Ainsi va la vie à N'Djamena, ville qui ressemble à l'antichambre de l'enfer pour la majorité de ses habitants (maintenant y a même plus d'eau).Rien n'est fait pour améliorer les conditions de vie des populations alors que les petrodollars coulent à flot. Les conditions climatiques à N'Djamena ne sont pas plus rudes qu'à Bagdad, à Téhéran ou Abou Dabi mais dans ces pays on a su créer des conditions de vie acceptables pour les populations. N'Djamena peut être une ville agréable à vivre, pour peu que l'etat investisse dans les infrastructures de base et surtout dans la lutte contre le rechauffement climatique


3-vous avez raison au tchad on ne soucie pas de condition de vie du peuple et les peuple de ce pays et devenu pessimiste il se contente du minimum .Pour que leur condition de vie change il faut qu il reclamme.

4-Tres beau recit!Cependant ,j'ai un regret;nous nous habituons a la misere.Nous l'acceptons comme une fatalite participant d'un peche originel.Il y'a plein de lieux plus chauds que N'djamena:Israel,Arizona,Bostwana...La difference?ILs ont l'electricite.
Bingo!!!Vous avez dit chaleur?soleil?solaire?Mais parent!c'est tres simple;c'est gratuit;cest energie solaire.Il suffit d'acheter des pannaux solaires a la place des kalachinikov.Mon frere,toi-meme tu sais que le soleil d'Afrique-qui a dit qu'il n'existe qu'un soleil?-ne connait pas "affaire de delestage-la".
Pourquoi,en Afrique,on cherche sous les pieds ce qui est sous la langue?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article